Accueil
Poésie libre / Tant pis n'a pas cabane *
Poésie libre / Tant pis n'a pas cabane *
Poésie libre / Tant pis n'a pas cabane *

Tant pis n'a pas cabane *
par Aodren


Un peu de brume sous mes doigts Sur sa peau fine vagabonde, Son dos était ma faim du monde. Elle y figeait le don de soie… Tout me collait aux basques, Des servitudes charnelles, L’intense ritournelle, Aux pieds d’une vie flasque, Sonnait comme les cuivres D’un souffleur d’hiver. Fallait m’y voir ! Filant entre les flocons, Le cœur ivoire, Et les jambes en coton, Floquées d’une liberté Défroquée de tout soupçon… J’ai avalé l’asphalte toute la nuit durant. J’ai vu les lueurs poindre au ras des cimes, Mettre en lumière mes partis pris, Que l’indécis, trop souvent pris pour imbécile, Est bien ici le maître des courants. Aux aurores, j’ai pris le temps qui soupirait Coupant son souffle net …et gardant la monnaie, J’ai lévité corps et liens, Sa langue sur ma langue Était l’ennemi du bien. Jamais attentistes, mes mains S’étaient faites captives De son entrain d’artiste. Au feu de nos missives, J’ai succombé … Aux risques de ma chute. Mais comme je n’ai jamais su tomber Si loin de ma cahutte, Dépaysé par tant de petits rien, (Je n’avais pas son âge bien qu’elle avait le mien) J’ai fui encore sans demander mon reste, Comme l’amour se taille quand il devient céleste. Parfois, je le sculpte au gré des mes détresses, Ma vie telle un vieux linge dégoulinant d’ivresse, Coule sur mes pages blanches Comme autrefois mes lèvres sur ses hanches.

* proverbe créole Louisianais

Poème posté le 08/12/16


 Poète
Aodren



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.