Accueil

Ébranchage
par Baldr


. Les yeux vides Sept ou huit canettes autant La nuit ferme les persiennes Dessous le banc Il se lève Presque sans ombre Cherche des pas perdus Clopes dans le fourré Décembre dernier Elle lui a montré Les branches dénudées Se jurer le printemps Décembre dernier Un calepin quadrillé Des mots suicidés ... papiers chiffonnés .



Poème posté le 01/11/11


 Poète
Baldr



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.