Accueil
Poésie libre / Vent vert
Poésie libre / Vent vert
Poésie libre / Vent vert

Vent vert
par Grain de sable


[taillD’abord, d’abord, y a l’frisé Lui qu'est un sale melon Lui qui a un gros nez Lui qui sait plus son nom Monsieur tellement qu'il a perdu Sa carte d'identité Qui fait jouer ses dix doigts Mais lui qui n´en peut plus Lui qu'est complètement froid Et qui s´prend pour un dieu Qui traîne toutes les nuits Avec de jolis flingues Mais qu´on retrouve matin Dans l´usine qui roupille Raide comme une saillie Blanc comme un cierge de Pâques Et puis qui balbutie Et qui a l´œil qui divague Faut vous dire, Monsieur Que chez ces fous là On ne pense pas, Monsieur On ne pense pas, on tue Et puis, y a l´autre Une cagoule sur les cheveux Qu´a jamais lu un livre Qu´est méchant comme une hyène Même qu´il donnerait une vierge A un vieux con heureux Qu'a engrossé Mounia Une fille de la ville Enfin d´une autre ville Et que c´est pas fini Qui fait ses p´tites affaires Avec son p´tit couteau Avec sa p´tite kalach Avec sa p´tite auto Qu´aimerait bien avoir l´air Mais qu'a pas l´air du tout Faut pas jouer les prophètes Quand on n´est qu'un ripoux Faut vous dire, Monsieur Que chez ces gens-là On n´vit pas, Monsieur On n´vit pas, on tue Et puis, il y a les autres L'état qui ne dit rien Ou bien n´importe quoi Et du soir au matin Sous sa belle gueule d´apôtre Et dans son cadre en bois Y a la gueule du Hollande Qui renaît de ses cendres Et qui r´garde son troupeau Marcher dans l'émotion Et ça fait de grands hashtag Et ça fait de grands hashtag Et puis y a la le Valls Qu´en finit pas d´vibrer Et qu´on attend qu´il parle Vu qu´c´est lui qu'est si sage Et qu´on n´écoute en larmes C´que ses mains nous racontent Faut vous dire, Monsieur Que chez ces gens-là On n'pense pas, Monsieur On n´pense pas, on compte Et puis et puis Et puis il y a l'Qatar Qui brille comme un lingot Et qu'ils aiment pareil Que moi j´aime mon chat Même qu´ils se disent souvent Nous aurons des tuyaux Avec du gaz dedans Avec presque pas d'arabes Qu'ils l'auront dans l'oignon Qu'on aura tout l'pognon Et que si c´est pas sûr C´est quand même peut-être Parce que les autres veulent pas Parce que les autres veulent pas Les Russes il disent comme ça C'est trop pourri pour nous Que nous sommes tout juste bons A égorger les pauvres Nous n'avons pas fait ça Mais nous le faisons faire Aux méchants fous d'Allah Nous l'avons oublié Et ils sentaient pas bon Parfois nous nous disons Le nouvel ordre mondial C'est pour dans pas longtemps Monsieur, alors c'est bien pour ça Monsieur, qu'il faut voter pour moiii..



Poème posté le 01/02/17


 Poète
Grain de sable



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.