Accueil
Poésie libre / De Buckingham à Paris on meurt aussi
              
Poésie libre / De Buckingham à Paris on meurt aussi
         
Poésie libre / De Buckingham à Paris on meurt aussi

De Buckingham à Paris on meurt aussi
par Poesie Flanante


À Buckingham il n’y a plus de palace, Et à Paris on meurt aussi. Sous les ponts de Venise il y a de la place, Et près du marcher aux fleurs aussi. Triste constat de prolétaires, De mendiants aux pensées amers. Je pose ma plume, Je désespère, Je hurle sans voix, Je me débats, Et durant ce temps, Au cœur de mes tourments, Au café Pouchkine on danse toujours Les valses de la place rouge ! Maître Raimbau dites-moi, D’où viennent tous ces fracas, Ces bruits de bombes, De bottes lourdes, Et ces cris d’hommes que l’on abat ? Est-il possible Monsieur Cocteau D’entendre un encore votre piano, De rire encore du Bœuf sur le toit Sans peur des miroirs qui volent en éclats ? Mademoiselle la tour Effel, Ensanglantée de nos misères, Entendez-vous nos cris d’amour, Nos chants d’espoir, De troubadour ? Les anges noirs, Les anarchistes, Apollinaire, Tous les poètes, Ces hommes fous, Ces gens précaires, Ces voix muettes, Ces ombres floues Qui devinent tout Lorsque coule la Seine De Paris à Vienne, De Buckingham jusqu’aux Terrasses, Parvis d’un château où les gardes se prélassent, Place où les corbeaux s’assoiffent. Sombre masse noire D’un jour mourant Qui brutalement un soir Eteint les yeux des enfants Pleurant à jamais sur les tombes, Le souvenir de leurs parents. R.B

Texte rédigé suite à l'attentat dans la salle du Bataclan à Paris.<br />
<br />
Dans mon recueil: À l'ombre de mon tilleul vert soumis en contrôle lecture à la maison des édition Chloé de Lys


Poème posté le 04/02/17


 Poète
Poesie Flanante



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.