Accueil
              
         

Ma femme
par Thierrycabot


Horrible temps ! La vie en miettes s'effiloche. Bien des couples, ce soir, tremblent d'être à genoux. Ma femme, oublie un peu ce qu'il advient de nous : Une image engloutie entre deux sons de cloche. Dans les plis du silence où je me suis lové, Rejoins-moi par les yeux, caresse-moi par l'âme Et dis-moi qu'il n'est rien, ô ma fleur, ô ma flamme ! Que tu ne puisses dire à mon coeur éprouvé. Comme un bel oisillon, ris, tournoie et voltige Au-delà des fléaux, loin des peuples hagards ; Décoche-moi, secrète, un de ces chauds regards En lequel j'aie au moins quelquefois le vertige. Me voilà nu, blessé, famélique et transi, N'ayant que toi, mon ange adorable de force, Toi qui soutiens ma nuque avec ton jeune torse Et brûles d'habiter le mal qui m'a saisi. Les rêves se sont tus, la lumière est absente. Peut-être enfin saurai-je accueillir le repos. Mon front glacé, vois-tu, s'afflige à tout propos. Viens y coller sans bruit ta bouche frémissante

Ce poème est extrait de mon livre intitulé : "La Blessure des Mots".

Poème posté le 01/04/12


 Poète
Thierrycabot



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.