Accueil
Poésie libre / Sextine nocturne aux enfants morts
Poésie libre / Sextine nocturne aux enfants morts
Poésie libre / Sextine nocturne aux enfants morts

Sextine nocturne aux enfants morts
par Banniange
Highslide JS
par Banniange

"Seed corn must not be ground". par Käthe KOLLWITZ
Illustration proposée par Banniange

Notice: Undefined variable: connecte in /home/rickways/lespoetes.net/poeme.php on line 267


par Oxalys


Un seul épi dans la lumière, un rêve d'or Jeté des bouches d'ombre et leurs lèvres terreuses, La dame noire aux larges flancs en est la mère Qui donne la vie dans les ténèbres féroces, Puis, court les champs des morts et sème les vivants, Car ce qui croît ne reste pas toujours debout. Un seul épi dans la lumière est bien debout, Le pêcheur de la nuit jette ses filets d'or, Pourra-t-il attraper le rêve des vivants Qui voudraient échapper à ces lèvres terreuses ? Quand bientôt souffleront les ténèbres féroces Tandis qu'au nourrisson va gazouiller la mère. As tu ouï au loin le long chant de la mère Qui cherche dans les champs son bel enfant debout? Hélàs s'éteint le jour dans les rumeurs féroces Des lourdes ténèbres qui ont pillé cet or, Ce bel épi soufflé par des lèvres terreuses, Venu des profondeurs pour nourrir les vivants. La cruauté tapie sous les grands prés vivants Va s'abattre malgré les plaintes de la mère Qui iront s'égarer dans les bouches terreuses De tous ces gisants qui furent un jour debout Même si dans leurs yeux brillent des pailles d'or Les ténèbres sont là dans leurs rumeurs féroces. Regarde donc ces vies qui s'agrippent féroces A chaque racine sous les grands prés vivants Où poussent scintillants des rangs de boutons d'or, Vite, ils seront portés dans les bras de la mère Qui rêve encore de son bel enfant debout Depuis longtemps saisi par tant de mains terreuses. La campagne s'est tue, quelques ombres terreuses S'enlisent dans les prés où vont grouiller, féroces, Les rêves courroucés des fils jadis debout, Ils jouaient dans les vents tels des épis vivants Quand ils étaient bercés par les chants de la mère Qui s'envolaient là haut comme des nuées d'or. Puis, d'autres épis d'or nés de bouches terreuses Que souffle la mère dans ses désirs féroces Viendront danser vivants et se tenir debout.

Inventée par le troubadour Arnaut Daniel, la sextine a évolué notamment sous l'impulsion du groupe littéraire Oulipo.

Poème posté le 07/04/17


Informations mp3 : Musique Edvard Grieg – Concerto pour piano n° 2 - Adagio

 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





 Interprète
Oxalys



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'interprète (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.