Accueil
Poésie libre / Frères humains…
              
Poésie libre / Frères humains…
         
Poésie libre / Frères humains…

Frères humains…
par Salus


Je lis Villon, mes bonnes gens, Sachant ce qu’écrire veut dire, Aux froids hivers, sans feu ni gants ; Vous tous ! admirez son délire ! D’abord coquin, bientôt maraud, Assassin, mais toujours trouvère, Eructant, rimé d’un seul rôt, Le sel d’une époque sévère, Il est l’exemple, il est le roi Des peintures dites en rimes, Coquillard, chiant sur la loi, En ces temps de croix et de crimes ! Voleur fieffé, cyniquement Malandrin, violeur - c’est un monstre ; Il tue, il pille, il gruge, il ment ! Mais le moyen-âge qu’il montre, C’est le vrai ! Celui de ces cours Des miracles ; ses camarades Etant tôt hauts pendus - et courts - Ou subissant les estrapades, N’auraient pas renié ses vers En allumant aux pieds la paille Pour torturer moines et clercs Et du butin faire ripaille ! Villon, vilain, maigre et retors, Que fais-tu dans les cimetières ? Détrousses-tu même les morts Jusqu’après leurs heures dernières ? Et, forçant la muse Clio A succomber sous ton génie, Belle ingénue, avec brio, Et qui se pâme - et qui le nie, Marques-tu le texte à jamais Du tempo puissant de ton siècle ; Gueux cruel, méchant homme, mais, Aède immense ! aux ailes d’aigle…



Poème posté le 16/06/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.