Accueil
Poésie libre / Dernières nouvelles du trou
              
Poésie libre / Dernières nouvelles du trou
         
Poésie libre / Dernières nouvelles du trou

Dernières nouvelles du trou
par Salus


J’ai soulevé la lèvre de la bête, Et, vu ses crocs dégoulinant, J’ai su les effrois du néant ! - Regarde mieux, toi que le vide hébète, Le blanc gouffre ouvert sous tes pieds, Vertigineuse émission de l’absence, Mâle émotion - sa certitude encense, Enfance, même à tes guêpiers, Cette impression d’hivers qui rebondissent ! Or, très tôt, la mort t’apparaît, Poussant son ignoble taret Dans les yeux creux, chuchotants, qui nous disent : « Vis-le ! le long temps du début ; C’est exponentiel, la courbe est fatale ; Rien ne t’attends ! Sous la trop proche dalle, Pas plus qu’avant n’est aucun but. … Et morte, Toute chose non-née est morte Il n’échoit seul, moment déjà passé, Que le présent, par Chronos terrassé ; "Il n’est rien que le vent n’emporte" Plus jeune et frais, le rébus démêler, Fait temps gagné d’âpres souffrances ? Nenni ! Que d’affres et de transes ; Mais ! ? Etre béat, puis aux cieux bêler ?



Poème posté le 03/07/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.