Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / HEROS / A la recherche du zéro perdu !

Thème du mois / Tous les thèmes / HEROS / A la recherche du zéro perdu !

Thème du mois / Tous les thèmes / HEROS / A la recherche du zéro perdu !

A la recherche du zéro perdu !
par Jim


Écrire ! Écrire ! Écrire ! Des choses vraies… Des choses pleines ou creuses, des choses vaines, Qui fassent rire, rire ou pleurer, Qui fouillent les entrailles de ce qu’on aime taire, Qui fassent mal, qui fassent surtout mal, Qu’on ait l’envie de jeter Aux chiens, aux chiottes, à la figure De celui qui ne laisse pas dormir Tout cela qu’on sait de soi inavouable ! Écrire ! Non pas la beauté, Ce leurre entretenu qui détourne le regard, Non ! Combien on s’en détourne avec application ! Comme l’enfant crève les yeux de l’oiseau, Démembre les insectes, Écrase l’escargot, Comme l’homme frappe le chien, Noie les chats excédentaires, Et fouille les tripes de la grenouille, du lapin ou du hamster, Sous prétexte d’asseoir sa dominance, D’éloigner son animalité qui le mine et le nie ! Écrire que la maison est propre, le toit solide, la table mise, Et la voiture belle et rutilante à l’image de ses gonades ! Que la montre indique toujours la même heure au même moment ! Que le jardin est bien taillé, que jamais plus il ne sera vierge forêt! Écrire qu’il fait bon de vivre dans un placard, dans le labyrinthe aseptisé des placards ! Et que rien n’advienne qui ne soit prévu, n’ait été déjà vécu… Et que l’ennui n’existe plus dès lors qu’est emplie la pharmacie ! Écrire qu’il est doux d’entendre ces musiques Qui font vendre et acheter des pâtes, du beurre, de l’huile de palme, Le tout dernier bidule à la mode vers lequel la main guidée se tend, Selon le bon vouloir du mouvement commun ! Écrire qu’il est bon de choisir entre Qui l’on ne veut pas et qui l’on ne veut plus ! Écrire que, si l’on devait recommencer, on referait tout pareil ! Que dans la fosse septique, à regarder bien, Toujours un bel étron se trouve à voir ! Écrire surtout, pour que mugissent, rugissent, Tous ces fossilisés planqués sous les rets de la raison, Qui inventorient sur mille pages, en experts inoffensifs, Les lacets, les boutons, les guêtres, les couleurs et les ombres, De cette camisole dont l’esprit ne doit sortir sous peine d’égarement ! Tous ces praticiens qui n’ont jamais rien inventé ni rien découvert… Écrire pour qu’enfin l’azur perce la peur !



Poème posté le 01/07/13


 Poète
Jim



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.