Accueil
              
         

Ma Rousse
par Theofordope


Il y eut ce craquement, une imperceptible contraction Une volute bleue vrombissait, elle claquait à ma porte. Léchant déjà mes bras et battant dans mon cœur. Au Rythme de la course folle d’une étoile allumée. Son regard reflétait la pièce et caressait les nuages En un rêve qui devenait réel, je m’y voyais en nage. Comme un enfant apeuré je restais immobile Captif de ses cheveux rougeoyants et agiles. La courbe de son corps me rappelait Que jamais je ne devrais trop m’en approcher. Elle, inaccessible, et pourtant si proche Comme si sa beauté me faisait des reproches. Elle avait la force du Sud et un caractère passion Et moi je n’étais que son terrible pion. Aucune buche, aucune digue, son chemin était tracé Elle encerclait mon paysage, jetait ses dés. Elle dansait à l’ombre des étoiles la peau bleuie. Et ses hanches rougies m’offraient un spectacle impie. Je respirait la chaleur de son baiser, la soie de ses caresses. Elle attendait devant moi et faisait encore un pas. La peur saisissait mon être comme une lente paresse d’une telle rouge-beauté mon regard s'illumina. Je voulais l’embrasser, toucher du doigt ses lèvres Mais jamais je ne pourrais caresser ce rêve. Elle était l’acharnement, l’infinie destruction Et moi, face à elle, un homme en admiration.

écris pour une femme Rousse et incroyable qui m'inspire, m'aime et me fais fuir.

Poème posté le 01/09/13


 Poète
Theofordope



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.