Accueil

Le peintre
par Aros


Dans le silence agonisant, Son corps figé devant la toile, Le peintre attend dès l’aube pâle Un paysage éblouissant. Au loin jaillit une lumière Parmi les bois d’un vieux château. L’image imprègne son cerveau, Éclatante mais éphémère. Il dépose la pâte fraîche Sur la palette de couleurs, Où son couteau ensorceleur Viendra entamer une brèche. Sa main guide la lame usée, Ses gestes amples, harmonieux, Sèment des tons ambitieux, Sur la toile désabusée. Et peu à peu le peintre exalte, Ses barbouillis se font nuance, Toute sa précision s’élance Ne tolérant aucune halte. Et peu à peu naît une forme, Un mur, un arbre, une fenêtre, La fleur éclose va paraître, Sous le couteau qui la renferme. L’artiste oublie le temps qui passe, Sa passion est sans égale, Sa peinture aboutie exhale Et s’harmonise dans l’espace. Il s’apaise l’œuvre achevée, Contemple en tous sens, examine, Son visage blanc s’illumine, Sa joie de peindre est retrouvée.



Poème posté le 23/11/13


 Poète
Aros



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.