Accueil
Poésie libre / Hypothèses et perspectives
              
Poésie libre / Hypothèses et perspectives
         
Poésie libre / Hypothèses et perspectives

Hypothèses et perspectives
par Salus


J’ai perdu le goût des choses, Il ne me faut plus qu’écrire ! - Quelque temps dont tu disposes Reste insuffisant ; le pire ? La probante inanité L’improbablement compris La prudente vanité Qui perturbent mes esprits ! Que j’écrive ! et qu’il ne faille Courir droit, quand tout dévie ! Ce temps perdu, cette faille, Cloue et lézarde une envie ; La Muse au sein de l’enfer L’angoisse encor et à cris ! L’art sous l’œil de Lucifer Et plus glauques mes écrits ! Pour qu’arrive et qu’enfin belle Ma rime encense la chose Ni sordide ni cruelle - Car chanter le beau, je n’ose - Il faudrait que tout ce temps Qui file et dont je pâtis Fût, figée, une eau d’étangs Bordant de calmes pâtis… Sauf sourire, de survivre Ferme issue à cette porte Ouvrant sur cette joie ivre Sans laquelle, peu m’importe ! J’ose espérer cependant Regardant François Villon Des qualités à mon chant Sous la crasse et le haillon ; Si c’est richesse de verbe, Lendemains aléatoires, Si l’inspiration superbe Se paie en misères noires, Si rudesses au combat, Et du trépas, sentiment, Préservent mieux de ce bât Qui fait mièvre - où l’on se ment - Lors ce serait une chance L’avenir comme une plaie ? J’en souris, mon cœur balance : Je marche sur une laie Si peu tracée, un sentier Bien au delà du malheur Qui boira mon sang entier Plus tard mes pleurs et ma peur



Poème posté le 23/10/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.