Accueil
Poésie libre / L’adjacente
              
Poésie libre / L’adjacente
         
Poésie libre / L’adjacente

L’adjacente
par Salus


Ma voisine Lubdiwine, Ma voisine à l’air divine. C’est la syntaxe ou la rime ; L’air divin ? ça je supprime ! Car je ne voudrais, badin, Offrir trop bonne badine Au spécialiste - sanguin - Caressant sa phalangine ! Ma voisine Ludivin, Avec sa belle poitrine, Ma voisine a bu du vin, Une idée en moi chemine… Bu du vin, ma Lubdiwine ? Sais–tu que ta hanche mine Ma patience et la lamine ? Je me fais un peu devin Pour te dire, Ludivin, Lubdiwine, ma voisine, En tant qu’oracle-écrivain Qu’il montera, le levain De ton œillade mutine Que j’ai surpris ce matin, Mandarine, mandarin, Rose-marin, romarine ; Toi dont le charme assassine, Sous le long cheveu rouquin, De ton œil bleu qu’acoquine Cet art d’être un peu requin, Mon cœur en mal de quinine ! Qu’un lointain chêne de Chine Enchaîne à son fruit prochain Ceux d’une austère doctrine, Médecins que je dessine Tels que le gland endocrine ! S’ils poursuivent ce refrain, Eux verront dresser leur crin Car s’en vient ma Lubdiwine, Le sourire souterrain, Les reins libres, souveraine, Qui me trouble et qui m’entraîne Dans un slow abysséen… … Chaste ! n’est chaude ni chienne, Las ! la chatte abyssinienne, Je n’en pus mordre un seul sein ! Je me ferai médecin Pour soigner l’épicurienne, Que le contact de ma main A sa cuisse lui devienne Comme un bon baume qui mène Ma Lubdiwine au divin ! Que devine la gamine ? Quelle anonyme déveine M’a fait m’agiter en vain ? Imaginez le chemin !



Poème posté le 25/10/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.