Accueil
Poésie libre / Les épris
              
Poésie libre / Les épris
         
Poésie libre / Les épris

Les épris
par Salus


Les épris Serions-nous sûrs que mal ils fissent, Ensorcelés par de faux mieux ? C’est sans conteste merveilleux De s’aimer tant que ne s’aigrissent Ces équations du sentiment ! Vrai, je n’aurais eu de courage Que résigné, depuis ma cage, A vivre, ou mûrir doucement… Oui ! le bât blesse et le mors touche A force de freiner l’élan ; Au quotidien, c’est survivre en Lisant en l’autre l’air farouche ! S’ils ont été reconnaissants Du hasard qu’une vie apporte, Pouvoir ouvrir la bonne porte Au regard d’autres yeux naissants Reste un fantastique réflexe ! Car innombrable et haletant L’être humain se perd tant et tant A sa boussole circonflexe ! Sans en concevoir le plein sens, L'élan de l’autre est un poème, Une approximation bohème, Ardente, exonérée, un cens Vide de rapports, où se rêve Pégase, et se saignent les dieux ! Je serais, du reste, odieux De ne te rendre cette trêve Où sans erreur tu m’imprimas Le sceau de l'essence amoureuse ! Ainsi soit une histoire heureuse… Malgré l’éternel des frimas Je retrouverai, douce et brève, Aux chaleurs de ton œil d’enfant, Cette musique d’olifant ! Sous la pluie arrosant la grève Les amours tiennent chaud et sec ; Cette main serrée à la mienne, Les couleurs en terre de Sienne Du volcan : ton centre en i grec ! Sous leurs pieds, l’océan défile, Ils n’ont qu’eux - rien de plus précieux ; D’être deux protège des dieux Menaçants - C’est bien comme une île !



Poème posté le 01/11/17


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.