Accueil
Poésie libre / Diablerie
              
Poésie libre / Diablerie
         
Poésie libre / Diablerie

Diablerie
par Banniange


Le vent, ce chien fou, s’est tué cette nuit. Il frappait durement les volets en frayeur Qui gémissaient longtemps leur souffrance en chœur Suppliant le dément de cesser ses supplices, Il secouait les réverbères qui pleuraient leur lumière Et chassait le frimas où fuyaient des fantômes. Ses mains rageuses giflaient la grande armée des platanes Qui saignait toutes ses feuilles, se courbant de douleur, Dans les plaines frileuses, livides de peur, Il lacérait rudement les buissons et halliers Où s’étaient blottis quelques migrants ailés, Les collines, d’effroi, se tassaient dans la nuit, Leurs racines grinçaient comme un galion branlant. Il courait sur la lande en soufflant les étoiles, Tel un tigre furieux, il feulait à la lune. Dans le cimetière, il rôdait, haletant, Piétinant les bouquets de corolles fanées, Il ébranlait les stèles, hurlait dans les caveaux Comme un profanateur qui toise le Très Haut. Les gens du hameau s’étaient tous réfugiés Dans la vieille église dont les voûtes craquaient, Le chanoine chevrotait quelques psaumes sinistres Tandis que les vitraux se gonflaient de terreur. Enfin, un grand fracas retentit dans la tour, Puis, ce fut un silence qui s’écrasa trop lourd. On le vit alors pendu à ce clocher, Son ombre projetait deux cornes tordues Et des pieds agités, affreusement fourchus, Quelqu’un dans l’assemblée s’écria, soulagé : « Le vent, ce fils du diable, s’est enfin suicidé ». Au poète JC Andrade qui m'a soufflé la mort du vent.



Poème posté le 16/11/17


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.