Accueil
              
         

La Pulsation
par Theofordope


La grande pulsation qui en un sens unit Mon cœur de chêne et mes nuisibles conquis. Ma course effrénée, invisible à leurs yeux Ressent le poids des années jusque dans mes creux. De mes branches et fleurs naitront d’autres livres Et de mon tronc naquirent les bateaux Ivres. De la pointe de mes racines jaillissent Soixante fantassins et mon sacrifice. L’homme est un lichen qui doucement s’installe Entre rage et rivage, soldat assaillant À coup de hache il sait imposer le mal. Je n’ai que faire de la course des mouvants Je suis un irascible être bourdonnant Et mon chant, entendu des vivants, résonne.

voilà le résultat d'un premier travail sur le sonnet. Il n'est pas conventionnel je l'accorde, mais je ne sais pas l'être j'ai l’impression^^ merci de me dire s'il y a du rythme ou de la musique qui s'en dégage. <br />
j'ai essayé de corriger les fautes au maximum. certaines sont voulues aussi.


Poème posté le 23/03/14


 Poète
Theofordope



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.