Accueil

Victory Dance
par Dreamhunter


Victory Dance Dans les replis des draps moites immaculées par la fougue, nous retrouvons parfois dans la solitude une fierté qui nous dépasse. Puissante, incontrôlable. Elle nous parcours tel un glacial frisson. J'étais jeune, heureux, puis perdu. Vulnérable sans jamais être faible. L'amour m'avais pris quitté retrouvé abandonné. L'aurore était brillante, son parfum, encore frais était pourtant emplis d'un souvenir d'extase et de sublimation intense de cette nuit noués, enlacés, en ébullition. Rien n'aura raison de cette sensation, mon nez plongé dans les coussins pour me rappeler l'odeur enivrante de sa chevelure, les mains crispées sur la couette en espérant ressentir sous mes doigts la chair de poule parcourir son corps en émoi, les yeux fermés pour mieux la mentaliser, pour mieux m'en souvenir, pour mieux fouiller mon coeur et y trouver la perle de nacre brillante comme un astre incandescent parmi les millions d'autres lumières qui illuminent l'Humanité de leur sourires… One day, somebody told me: "Don't forget who you were, who you are, and who you are going to become. All is connected, and to be human, you have to feel the way which will bring you to know the Victory Dance" Et aujourd'hui je comprends ce qu'il entendait par ces mots. Personne ne nous connaît mieux que nous même. Nous ne réagissons pas aux évènements logiquement, mais au contraire, d'une façon que nous sommes les seuls à comprendre car elle résulte d'une alchimie parfaite entre notre expérience personnelle et nos convictions, nos sentiments profonds que nous semblons toujours avoir possédé, bien avant même d'en avoir pris conscience. Nous ne pouvons donc pas douter de nos propres doutes car nous les avons nous même mis en place. Ainsi, si nous en doutions, ce serait comme révéler un dédoublement de la personnalité qui voudrait nous faire douter de notre propre vérité vraie. C'est ce en quoi la dépression est puissante. Et pour accepter de la côtoyer sans y céder, il faut sans nul doute être fou. Mais rester sur la brèche a, je le pense quelque chose d'excitant, et de réconfortant, quand bien même cela vous fait souffrir affreusement. Vous vous reposez en effet sur la bienveillance de vos proches sans pourtant être sûr qu'ils vont prendre comme vous le souhaitez la mesure de votre détresse. Vous entrez donc, avec la dépression, dans une double position horriblement paradoxale. Tout d'abord vient ce que j'appelle la pré-dépression. Vous êtes en premier lieu vraiment désespéré, mal, fatigué de tout, dans une tristesse physique et émotionnelle permanente. Mais en même temps vous vous rendez compte que votre état vous disculpe de certaines responsabilités car vous voyez que votre entourage vous trouve, "malade", "mal à l'aise". Puis vient la véritable dépression. Celle dont vous ne pouvez plus vous sortir parce que vous avez l'inéluctable impression de trahir l'une de ces deux précédentes facettes de votre personnalité, quelque soit l'échappatoire que vous choisissez. Si vous vous soignez, vous n'aurez plus de raison de vous cacher derrière un voile de mal-être, et si vous ne vous soignez pas, vous allez continuer à entretenir la souffrance, qui est, de toute façon bel est bien existante au fond de vous même. C'est pourquoi l'intégrité de sa personne et le fait de ne pas l'altérer de force au cours du temps est la clé de la réussite personnelle. Dans les replis des draps solitaires rendu fades par l'absence, nous retrouvons parfois dans l'amitié une tristesse qui nous dépasse. Puissante, incontrôlable. Elle nous parcours tel un glacial frisson. J'étais à peine plus âgé, malheureux, puis toujours perdu. Vulnérable sans jamais être faible. L'amour ne m'avais toujours pas retrouvé Le zénith était couvert, un parfum, plutôt ancien était pourtant emplis d'un souvenir d'extase et de sublimation intense de cette nuit noués, enlacés, en ébullition. Rien n'aura raison de cette sensation, si ce n'est le temps, pour mieux l'oublier, pour mieux retourner en vain mon coeur et le trouver vide comme un abime sans fond parmi les millions d'autres ombres qui hantent l'Humanité de leur inutilité...

Recommandation (ça vaut le coup!) :<br />
<br />
Écouter "Victory Dance" de My Morning Jacket


Poème posté le 04/05/14


 Poète
Dreamhunter



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.