Accueil
           
       

Lueur
par Salus

Highslide JS
par Mayor

huile


Lueur Par le travers de rêves fous L’aube assassine se saborde La nuit coule au point le plus doux Sa nue étoilée où la corde Lactée enroule ses torons Dans le remous des ailerons Vif-argent d’or et de lumière Des bancs nageant le long du jour Cet océan courant sur l’aire Cosmique au mouvoir sans retour... Comme l’aurore un vent se lève C’est un nouveau temps qui s’embrève A l’immuable succession De l’ombre et du lumineux cycle Architectural - ion sur ion - Là tout atome tombe et gicle Reformant en pluie un réel Miraculeux – c’est l’arc-en-ciel ! L’atmosphère humide est immense Une sagesse étrange y dort Qui sert l’éclair quand il se lance Du centre à l’au-delà du Nord Et chaque orage encore érige Cet horizon pris de vertige, Alors qu’à l’Est où tout s’allume D’un soleil qui n’apparaît pas L’air me dit de coucher ma plume D’un sommeil qui semble un trépas…



Poème posté le 22/05/14


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Illustrateur
Mayor



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'illustrateur (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.