Accueil
              
         

Adieu
par Jogab


Que vois-je, vous pleurez? Auriez vous par hasard Un lien de parenté Avec ces gros lézards Qu'on nomme crocodile? Car enfin ce chagrin Semble bien inutile Et sans doute est-il feint! Allons, je vous connais Cruelle Messaline Et le même intérêt, Quand vous étiez câline, Guidait les sentiments Que vous laissiez paraître Pour que de mes élans Je ne sois plus le maître. Mais le charme est rompu Et je vous ai percée. Votre âme est toute nue Et en être sensé Je reprends mon chemin, Je ne suis plus épris, Et j'ai pour vos chagrins Le plus profond mépris.



Poème posté le 04/06/14


 Poète
Jogab



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.