Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie libre / Beyond the horizon*
Poésie libre / Beyond the horizon*
Poésie libre / Beyond the horizon*

Beyond the horizon*
par Taw


Une chanson proposée en lecture aléatoire selon l’éventail de musiques dont dispose la bibliothèque de mon ordinateur Elle n’avait rien de particulier pour moi sauf que j’étais au lit remué de pensées Je pris le soin de jeter un œil à droite en bas de l’écran Sept heures trente neuf à l’horloge Ce que racontait la chanson je l’ignore de même le pourquoi un tel titre L’anglais et moi ne faisions pas bon ménage du fait qu’elle semblait davantage étrangère en mon endroit que les autres d’outre Atlantique et du désert Mieux selon les idées que je me faisais d‘une certaine époque elle était plutôt un parler de voyous Avec le temps elle parut merveilleuse autant les drames les tragédies de Shakespeare les intrigues d’Agatha Christie quoi qu’elle ne soit la plus répandue ni la plus savoureuse du globe auprès de ses sœurs bien aimées latine bantou slave persane Non seulement elle est le véhicule de la science des affaires des finances de l’économie de la technique autant se dit n’en déplaise à Molière qu’elle s’avère être le jargon des grandes plumes de la belle littérature du septième art du monde qui bouge Mais non de l’amour ni de la mode si cela peut consoler tant soit peu les riverains de la Seine Toute la nuit la musique a porté mes rêves La tiédeur d’un timide soleil s’invitait en mon dortoir à travers les interstices de la porte et des petites aérations aménagées juste en dessous du plafond afin de bénéficier d’une meilleure purification de l’air Je pensais me lever et coucher sur du papier les ressentis de mon corps ensommeillé Tout s’entremêlait dessous dessus comme pétri en un magma un puzzle indéfectible et le fil me refusait son bout Tous ces visages connus inconnus qui furtivement dans la brume apparaissaient disparaissaient Les mots à peine entendus dont le vent emportait leur chair au loin me refusant leurs échos Les bribes de conversations exaltées entrecoupées de rires de sanglots de vulgaires insultes Les objets délicieusement entrevus à l’intérieur d’une pièce tapissée de soie brodée de fils d’or Le bruit lustré des coupes remplies de charmes Les paysages ardents que brassait l’esprit en cet instant en une chevauchée fantastique J’abaissai doucement mes paupières implorant de tous mes vœux les anges du monde de l’horizon sans fin et maudissais pour une fois de ma vie l’astre souverain de son obsession à pourchasser les ombres où qu’elles se trouvent Je me promenais sur les rives du *Gange Il y avait peu de monde outre une dame en rouge venue offrir des fleurs murmurant comme le fleuve *the sacral chants of *Shiva C’est étrange maintenant que cela me revient elle n’était pas en rouge le soir venu autant elle avait le sourire *Derrière l’horizon *Les chants sacrés de Shiva *Fleuve sacré de l’Inde *L’un des trois grands dieux de l’Inde



Poème posté le 29/01/18


 Poète
Taw



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.