Accueil
Poésie libre / Lesortilège
Poésie libre / Lesortilège
Poésie libre / Lesortilège

Lesortilège
par Fregat


Le ciel allonge son azur Au-delà des vertes collines Pour capturer ton regard pur… Le soleil coi que tu fascines, Immobile sur l’arbre ému, Ne veut plus fuir vers l’occident… Le vent, jeune chien éperdu, En quête d’ébats sémillants Chahute dans ta chevelure… La rivière tend ses galets Dans un si suppliant murmure Que tu lui consens ricochets… Et moi, dans l’étrange manège Des Dieux prosternés à tes pieds, Je sens chuter le sortilège De tes trois petites années De ma gorge à mon cœur serré… J’en suis là, bénissant l’aubaine D’être un valeureux chevalier, Veillant sur la vie de sa reine Lorsque, quittant l’eau, ta menotte, Cherchant la mienne et s’y ancrant, Nous transforme en hardis pilotes, Semant mes larmes dans le vent.



Poème posté le 28/02/18


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.