Page : 1-2-...-7-8

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

CinquiemeVallee
Membre
Messages : 413


Posté à 12h23 le 15 Feb 19

Ma référence et ma révérence :
https://lespoetes.net/poeme.php?id=18180&cat=tdm


Bien que ma première tentative ne réponde pas à "la norme" quant au fond traditionnel du ghazel, j'ose en utiliser la forme :

Sur le papier immaculé
Feuille blanche, soudain s'anime
L' ombre d'enfants dont sur l'abîme
Tout l'espoir semble s'envoler

Mon nez sort de brasse coulée
D’où tant de senteurs maritimes
En font un granite ébranlé

Pour dire aux migrants refoulés
Chez moi vous êtes légitimes
J'éternue en criant mes rimes,
Leur tragique radeau coulé

Montez à bord si vous voulez


...

Chez moi vous êtes légitimes
Veuillez y lâcher vos ghazels









Ce message a été édité - le 15-02-2019 à 12:38 par CinquiemeVallee



Ce message a été édité - le 15-02-2019 à 12:39 par CinquiemeVallee



Ce message a été édité - le 16-02-2019 à 16:14 par CinquiemeVallee


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 14h01 le 15 Feb 19

Je vais tenter aussi un ghazel dont le fond sera plus superficiel que le thème que tu as traîté.

Le chant d'un oud mélancolique
Conduit aux rêves de velours
La mousmée savourant toujours
La sérénade romantique.

L'éther aux douceurs séraphiques
S'emplit de messages d'amours
Aussi beaux que mille cantiques.

Parfois, les airs se font bachiques.
La félicité tourne court.
Lors, l'enchantement se fait sourd.
Prêter l'oreille aux alcooliques !

Mieux vaut se passer de leurs cours !





Ce message a été édité - le 15-02-2019 à 14:01 par Soliflore


Oxalys
Modérateur
Messages : 2090


Posté à 14h20 le 15 Feb 19

Bonne idée Alain d'ouvrir ici un topic réservé au ghazel de contrebande - lol

En voici un, ressorti de mes cartons à brouillons, année 2013. Hélas il ne parle pas de roses ni de haquenées.... mais de vulgaires champignons -même pas hallucinogènes en plus-

Puis je vais voir si j'arrive à un boucler un aussi parfait que celui de Soliflore, que je salue amicalement et encourage à venir un peu plus souvent.

Amicalement à vous deux

***


Les marasmes d’oréade

Je reviens de battue, fière de ma récolte,
Portant joyeusement mon panier bien rempli
De ce que la nature, en ce matin joli,
M’a donné sans compter, par bonté désinvolte.

Rendant grâce à l’aïeul qui m’apprit autrefois
Où trouver les trésors pour une régalade,
Je m’étonne du nom de ce repas de choix.

Quelles nymphes des bois parties en escapade,
Se prirent par la main pour danser tout en rond,
Se transformant alors en goûteux champignons
Qu’on appelle depuis marasmes d’oréade,

Plus connus sous le nom commun de mousserons ?




Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 14h40 le 15 Feb 19

Oui merci à CinquièmeVallée d'avoir ouvert ce topic.
Bravo pour vos ghazels à tous deux, et je profite de mon passage ici pour remercier Oxalys dont je subodore la grande culture.Que tu m'accueilles avec autant de gentillesse me touche beaucoup, moi qui ne sais que bricoler en poésie.


Madykissine
Membre
Messages : 971


Posté à 17h43 le 15 Feb 19

Bravo ! Salut


Madykissine
Membre
Messages : 971


Posté à 18h49 le 15 Feb 19

Parole amoureuse

Aime-t-on les saisons
Qui passent sur la terre
En somme, sans mystère,
Aime-t-on leur leçon ?

Moins que cet échanson
Qui remplit notre verre,
On demande un crouton.

Ainsi, dans la maison
Qui vient de notre père,
Il se voit qu'on préfère
Au goût, ce qui est bon.

Ô plaisir éphémère !

Salut


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 21h53 le 15 Feb 19



[Merci au Captain et à l'équipage]


Voix

C’est toi ? Rubis frisson, roule ton feu, viens, entre !
Sous la douceur sélène, en corolle, l’ocelle
A creusé sous sa dune un calice vers celle
A qui l’on doit le cri, le vent glacé, la cendre.

Que son prénom se lise à la couleur de l’ambre,
Qu’âcre ou sucré, son cœur se fasse balancelle,
Et, sacré, s’offre au khôl qui mûrit sur le pampre,

Entre, que tu sois muse, hermine ou damoiselle ;
Mes dents sont tels les crocs de ces efflanqués chiens
Qui croissent pour crisser sur d’invisibles riens,
Mais tendre est ton parfum, le désert s’étincelle,

L’eau se donne à la nuit. Entre maintenant, viens.


CinquiemeVallee
Membre
Messages : 413


Posté à 23h38 le 15 Feb 19

Coucou Salut


Obofix
Membre
Messages : 520


Posté à 08h58 le 16 Feb 19

Merci capitaine, d'avoir ouvert ce fil et bravo à Soliflore, Oxalys, Madykissine et Lo.
Coucou Coucou Coucou Coucou Coucou




Ce message a été édité - le 16-02-2019 à 12:16 par Obofix


Obofix
Membre
Messages : 520


Posté à 08h59 le 16 Feb 19





Ce message a été édité - le 17-02-2019 à 11:01 par Obofix


Tonindulot
Membre
Messages : 1763


Posté à 11h23 le 16 Feb 19

La charrue devant le bœuf

Faut-il donner aux gens plus d’argent qu’il n’en faut
Ou plutôt leur apprendre à bosser dans la peine.
Travaillez votre champ, puis semez dans la veine
De quoi faire du blé sans voler par défaut !

Un riche laboureur conseilla ses garçons
Pour qu’ils soient, comme lui, de crédit honorable
Portant braies par-dessus leurs jolis caleçons.

Mais l’un d’eux trop pressé et fort peu vénérable
Installa le brabant au devant de son bœuf.
Son père l’envoya se faire cuire un œuf
Plutôt que de se mettre à lui tanner le râble.

Cet être ne sut pas se trouver une meuf !


Salut Salut Salut Salut




Ce message a été édité - le 16-02-2019 à 14:24 par Tonindulot


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 11h24 le 16 Feb 19

Ha le beau monde!!!!
était ce bien nécessaire cette parenthèse?
…………………………...


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 11h45 le 16 Feb 19





Ce message a été édité - le 16-02-2019 à 13:56 par Violette


Obofix
Membre
Messages : 520


Posté à 12h22 le 16 Feb 19

Bravo Tonin pour ce remake très contemporain du laboureur de La Fontaine.

Coucou Coucou Coucou


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 12h57 le 16 Feb 19


[je l'avais un chouia féminisé le précédent ; j'en remets un plus équilibré, question genres]



Délicatesse en délicatesse,
Les vers coulaient, tels d’imprévus vins,
Les effets longs et plus ou moins fins
Avaient tôt fait d’exciter l’Altesse :

Vos mots sont fats et leur étroitesse
Rime si faux, les pas des biffins
Sont plus joyeux que votre tristesse

A ghazéler, sinistres bouffons !
A trop ouïr ces cancrelats, lasse,
Qu’on me meuve à l’underground paillasse,
Que Poésie s’ouvre à ses vrais fonts,

N’oubliez pas mon arme, caillasse.





Ce message a été édité - le 16-02-2019 à 13:09 par Lo

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1-2-...-7-8

Discussion en direct :
Connectez vous pour participer.


Derniers posts :
  • Oxalys dans Le muzain[...]
  • CinquiemeVallee dans Je ne crois pas[...]
  • Skywheeler dans Le muzain[...]
  • Hicvelibi dans Allumons la lum[...]
  • Machajol dans Allumons la lum[...]
  • Tonindulot dans Le muzain[...]
  • Obofix dans Les roses du ja[...]
  • Jjnad dans Calendrier de l[...]
  • Aurorefloreale dans
  • Pilar dans Calendrier de l[...]