Page : 1

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Laugierandre
Membre
Messages : 1241


Posté à 19h10 le 06 Dec 19


Dans le bois parcouru aux frimas de l’hiver,
Quand gémit la feuillée sous les rayons couchants,
Un panache d’orgueil embourgeoise les champs,
Immaculé, soyeux, tout de blanc recouvert.

Et le déclin du jour occulte la lumière
Quand s’endorment les sons sous l’horizon carmin ;
Au loin, la cheminée d’une isolée chaumière,
Laisse échapper au ciel son voile de chagrin.

C’est l’heure où les oiseaux dans un ultime envol,
Se soustraient aux regards, s’enfoncent aux ramures
Des grands arbres frileux, dont les brunes parures
Offrent un doux refuge au plaisant rossignol.

Quelle étrange beauté lorsque la nuit conquise
La lune pâle au sein d’un éther étoilé,
Étend son regard froid, et sur l’humus tamise
Quelques rayons blafards d’un charme inégalé.

Qu’importent les soucis dans ces discrets moments
Où s’égare le rêve au breuil qui s’assoupit ;
Les yeux clos un instant, je m’octroie un répit,
Et cède au seul bonheur d’amènes sentiments.

ANDRÉ


Hicvelibi
Membre
Messages : 244


Posté à 08h44 le 07 Dec 19

Du grand art


Laugierandre
Membre
Messages : 1241


Posté à 19h50 le 07 Dec 19


Bonsoir OBOFIX,

Chez le poète, ce sont les idées et les sentiments qui constituent le fond de l’art. Ni dans l’art ni dans la vie réelle la beauté n’est une pure question de sensation et de forme. Tout type de grâce vraiment attirante doit mériter qu’on lui applique les vers du poète. Le mot ne peut rien sans l’idée et l’idée est la lumière du mot.

Je pense que pour le poète, il s’agit de retrouver, par la force de la pensée réfléchie, l’inconsciente naïveté de l’enfant.

UN GRAND MERCI pour ton impression de lecture et ta considération.

Passe un très bon dimanche, OBOFIX.

ANDRÉ


Attention
Membre
Messages : 53


Posté à 20h14 le 07 Dec 19

Je me tais...
Tout en disant quelques mots
Je me tais
Devant tant de beauté
Comme l’enfant…qui se dit
Comment se taire sans mots
Ne pas dire : Émerveillé…


Du sommet la poésie jusqu'au dernier message


Tonindulot
Membre
Messages : 2257


Posté à 14h41 le 08 Dec 19

Un tableau de saison où l'on prend plaisir à flâner...les yeux, même, se baladent langoureusement le long des ces lignes colorées...

L'hiver est un passage obligé que le jardinier prise...

Ton pinceau ne manque aucun détail...

Bravo


Laugierandre
Membre
Messages : 1241


Posté à 10h27 le 09 Dec 19


Bonjour ATTENTION,

MERCI pour tes impressions favorables concernant ce poème où, une fois de plus, je m'inspire de la Nature.

Tes mots sont très incitatifs à me conforter dans ces descriptions bucoliques qui marquent une part importante de ma poésie. Quoi de plus familier, de plus authentique, de plus simple et de plus direct qu’un contact avec la nature ? Se promener, écouter le silence, admirer la faune et la flore, rechercher du dépaysement aux sources des beautés dépouillées et harmonieuses des paysages, c'est mettre le poète directement en connexion avec la méditation.

Je te souhaite un très bon début de semaine.

Ma bien chaleureuse Amitié de plume.

ANDRÉ


Laugierandre
Membre
Messages : 1241


Posté à 10h39 le 09 Dec 19


Bonjour TONIN,

Oui, le mot "tableau" que tu utilises, est je pense le plus adapté quand il s'agit d'essayer de peindre les paysages. Je m'efforce de consigner le plus "d'images" possibles dans mes représentations pastorales, dans l'espoir de "transmettre" ces secrètes et subtiles correspondances à mes lecteurs.

Quand j'y parviens, un commentaire comme le tien ne me laisse jamais insensible et me donne du baume au cœur.

Mes biens sincères remerciements, TONIN, et toute ma considération.

CARPE DIEM

ANDRÉ



Ce message a été édité - le 09-12-2019 à 10:40 par Laugierandre

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1