Page : 1-2

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 19h30 le 23 Sep 20




SOUS UN CIEL D’INDULGENCE

La douceur jumelée d’essences vespérales
Parfume les bosquets de son galant soupir,
Quand le soir se résigne aux ombres théâtrales
Jaillissant d’un décor et venant s’y tapir.

Sous un ciel d’indulgence où le chant des cigales
Se poursuit dans les pins avant de s’engourdir,
Le pourpre étend son voile aux formes magistrales,
Qui parent les sous-bois d’un galon de plaisir.

Ô murmures berceurs d’un violon léger
Que l’approche nocturne invite à partager,
Dans la pale lueur aux bras de l’onirisme.

Miroir d’éternité où le songe fleurit,
Quand le gracile oiseau charme de romantisme
Son envol intuitif au breuil qui s’assombrit.

ANDRÉ




Ce message a été édité - le 24-09-2020 à 11:14 par Laugierandre


Hoho
Membre
Messages : 287


Posté à 23h41 le 23 Sep 20

Bonsoir André,


Tu nous fais plaisir avec ces agréables sonnets bucoliques. Ce que j'aime dans ton vers, c'est la mesure de l'alexandrin, tu portes le souffle de l'inspiration avec aisance du début à la fin dans ces décors idéaux.

De belles images dans un décor crépusculaire et estival : "le chant des cigales" et des synesthésies comme à ton habitude.
Le mouvement final est joli : "Son envol intuitif au breuil qui s'assombrit"

Juste une réserve pour l'avant-dernier vers, j'ai un peu du mal avec : "dernier oiseau", faire la liaison me paraît étrange et l'omettre crée un hiatus que je ressens.


Je te souhaite une agréable soirée Salut Salut


Kerdrel
Membre
Messages : 602


Posté à 08h07 le 24 Sep 20

toujours égal à toi même dans ces thèmes où tu excelles chaque fois différents dans leur ressemblance
comme la nature toujours changeante
au gré des heures et des saisons
merci de ce partage

Salut Salut Salut


Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 11h13 le 24 Sep 20


Bonjour HOHO,

Tes mots CHALEUREUX me touchent BEAUCOUP car de par leur spontanéité je les sais très sincères. Oui, c'est mon terroir que j'évoque, bien qu'il soit un peu tard pour entendre le chant des cigales. C'est un hommage aussi au Grand CÉZANNE, tout comme à Marcel PAGNOL, Jean GIONO ou encore Frédéric MISTRAL. Ces collines, je les ai parcourues étant enfant, et je les arpente encore avec le même engouement. Je me ressource souvent au milieu de pins, des chênes verts, du thym et du romarin. Un vrai bonheur, en même temps qu'une philosophie de vie au cœur de l'authentique.

J'ai remplacé "dernier" par "gracile". Le "E" de "gracile" s'élidant avec le "O" de "oiseau", évitant ainsi la liaison gutturale du "R".

MILLE REMERCIEMENTS, Cher Ami de plume, et TOUTE L'ASSURANCE de ma reconnaissance et de ma considération.

Très bonne journée.

ANDRÉ

Salut Salut Salut


Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 11h19 le 24 Sep 20


Bonjour KERDREL,

La ville est un univers "carcéral" où je ne rêve que d'évasion. Aussi, dès que l'occasion se présente, il m'est agréable d'aller me ressourcer soit à la campagne, à la montagne ou au bord de mer. Là, c'est le nirvana !!! C'est le calme, l'harmonie, la quiétude. Écouter le "silence" : quel privilège !!! C'est aussi un grand bénéfice de faire perdurer ces moments d'exception en les écrivant et en les "revivant".

Les moments du matin et du soir sont ceux que je privilégie, car le lever du soleil, quand la vie s'éveille, ou lorsque la nuit ensommeille la nature et que tout se fait silence, sont des instants d'émotion intenses, propices aux recueillement et à l'inspiration. C'est en décrivant ces moments-là que je trouve les mots les plus justes car tout se révèle dans la quiétude et dans la grandeur, avec les jeux d'ombre et de lumière, avec les couleurs changeantes.

Je te sais gré de tes TOUJOURS très SYMPATHIQUES appréciations et témoignages d'AMITIÉ et de PARTAGE.

Tu sais parfaitement qu'il en est de même à ton endroit.

Très bonne journée KERDREL.

CARPE DIEM

ANDRÉ

Salut Salut Salut


Jim
Membre
Messages : 1542


Posté à 13h53 le 24 Sep 20

Je ne reprendrai pas les propos, que je partage, des deux amateurs ci-dessus. Je suis frappé par ton choix du mot juste, rigueur et précision, de cette retenue qui crée la tension, que je nommerai rétention. Tout semble indiquer que tu laisses en toi infuser tes sensations avant de les transcrire. La lave coule lente quand couve le feu.
Je vois que Plassans t'a conquis !


Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 18h04 le 24 Sep 20


Bonsoir JIM,

Tes sentiments ont retenu toute mon attention, et je te suis reconnaissant des termes appropriés développés dans ce commentaire à l'endroit de ce poème bucolique.

Oui, la Provence, le pays d'Aubagne et les alentours d'Aix-en-Provence avec, notamment les paysages de la Sainte Victoire (Barrage Zola et Bimont), sont des sources d'émerveillement.

Quelle belle expression et métaphore, pleine de justesse, que ces mots dans lesquels je me reconnais : "Tout semble indiquer que tu laisses en toi infuser tes sensations avant de les transcrire. La lave coule lente quand couve le feu."

La poésie champêtre étant d'un réalisme familier, je m'efforce de dispenser des "images" afin de "donner à voir" pour essayer de faire ressentir ce cadre et cet état d'âme d'un décor spiritualisé.

UN GRAND MERCI, JIM, avec ma bien sincère Amitié de plume.

ANDRÉ

Salut Salut Salut







Ce message a été édité - le 24-09-2020 à 18:06 par Laugierandre


Jean-Mi
Membre
Messages : 446


Posté à 20h14 le 24 Sep 20

Salut André,

Que de bonheur à lire tes sonnets.
Et quand tu dis : « Les moments du matin et du soir sont ceux que je privilégie, car le lever du soleil, quand la vie s'éveille, ou lorsque la nuit ensommeille la nature et que tout se fait silence, sont des instants d'émotion intenses, propices aux recueillement et à l'inspiration. »

Tiens en faire un petit quatrain :

Les moments du matin que tu privilégies,
Les couchers de soleil aux journées sans pareil,
Quand notre amie Nature du plus bel appareil
Se vêt pour notre plume et offre ses magies !


Je suis d’accord avec toi d’autant qu’en l’aube et le crépuscule les lumières sont les plus belles. Crois-en mon expérience de photographe amateur !

Mais dis-moi ?
Comment fais-tu pour avoir une telle profusion de poèmes ?
Jean-Mi


Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 12h38 le 25 Sep 20


Bonjour JEAN-MI,

J'aime bien me livrer aux jeux poétiques et aux exercices de style. Si cela est fort récréatif, il n'en demeure pas moins vrai que ces petites improvisations de "circonstance" sont des procédés où la véritable poésie, les émotions et les sentiments cèdent la place à la "virtuosité technique plutôt qu'à l'écho traditionnel dont la légitimité est "d'émouvoir".

Mes thèmes de prédilection sont LA NATURE, et cette célébration des certitudes rationnelles. C'est la quête d'un état d'ouverture totale. Et c'est là, je pense, dans cette "immensité", que la conscience rêveuse du poète peut parcourir librement et posséder. Devenir "musicien" de la poésie, n'est-ce pas la plus belle aspiration d'un versificateur.

MERCI pour ce quatrain "palpable" et généreux de ta part, auquel je ne manquerai pas de faire écho, JEAN-MI.

CARPE DIEM

ANDRÉ

Salut Salut Salut


Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 19h29 le 25 Sep 20


Un petit ajout à mes considérations concernant les mots choisis par chaque poète pour exprimer ses émotions.

Selon la sensibilité propre à notre manière d'appréhender et d'exprimer les "images", nous n'aurons pas tous l'option de mots identiques, et cela reste aléatoire quant à nos préférences. J'ai changé, selon les indications de HOHO, un mot dans le vers suivant :

Quand le "dernier" oiseau charme de romantisme...

remplaçant "dernier" par "gracile".

Je tiens quand même à renseigner qu'il n'y a pas d’hiatus, et que de nombreux poètes ont utilisé dernier envol et dernier oiseau. Ne serait-ce, pour exemple, ce quatrain intitulé "Dans l'Église", de Victor HUGO, extrait de "Les chants du crépuscule" :

À peine on entendait flotter quelque soupir,
Quelque basse parole,
Comme en une forêt qui vient de s'assoupir
Un dernier oiseau vole ;


Excellent week-end à vous tous, mes Ami(e)s poètes.

ANDRÉ

Salut Salut Salut



Ce message a été édité - le 25-09-2020 à 19:30 par Laugierandre


Hoho
Membre
Messages : 287


Posté à 21h10 le 26 Sep 20

Dans ce cas au temps pour moi. Merci pour l'extrait d'Hugo André, tu as raison "dernier oiseau" est correct. "Dernier envol" ne m'aurait pas gêné mais personnellement "dernier oiseau" me semble étrange. Je n'ai jamais entendu une telle liaison à l'oral, certainement une question d'habitude. Ici en Algérie, je ne crois pas être le seul à qui cette sonorité paraisse étrange pour le moins en poésie.

Je te souhaite une excellente soirée et remercie pour l'information, ami André Salut



Ce message a été édité - le 26-09-2020 à 21:11 par Hoho


Jean-Mi
Membre
Messages : 446


Posté à 22h07 le 26 Sep 20


André,
Tu disais : « Et c'est là, je pense, dans cette "immensité", que la conscience rêveuse du poète peut parcourir librement et posséder. Devenir "musicien" de la poésie, n'est-ce pas la plus belle aspiration d'un versificateur. »

Je suis d’accord… pour reprendre tes termes :

Et c’est là, j’imagine, en cette immensité
Qu’au poète le rêve parcourt, possède, libre,
Et devient musicien quand sa poésie vibre
Aux cordes des pensers de son intensité !


Tiens… nous pourrions inventer un jeu : à partir d’une pensée en prose en faire un quatrain ?
Jean-Mi




Ce message a été édité - le 26-09-2020 à 23:22 par Jean-Mi


Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 12h12 le 27 Sep 20


Bonjour JEAN-MI,

L'idée est bonne et, en effet, peut nous offrir l'opportunité, si nous sommes quelques uns à la mettre en pratique, de composer un poème à plusieurs mains sur u tel sujet.

Voici ma petite contribution :

Dans la sonorité qui brode les mesures
De vers mélodieux composés avec art,
Le poète, au langage, affine les césures
Pour que plaisent les mots attirant le regard.


MERCI pour cette proposition et pour ta présence influente au sein du forum.

Passe un excellent week-end, Cher Ami de plume.

Ma bien chaleureuse Amitié.

ANDRÉ

Salut Salut Salut


Jean-Mi
Membre
Messages : 446


Posté à 19h12 le 27 Sep 20

Hoho,

Tu disais « Dans ce cas au temps pour moi »
J’aurais écrit « autant pour moi », et, après vérification, les deux graphies peuvent être utilisées.
Certains avancent que l’usage de « autant » est plus familier que celui de « au temps ».
clindoeil


Laugierandre
Membre
Messages : 1420


Posté à 19h25 le 27 Sep 20


Bonsoir HOHO,

Tu n'as pas à t'excuser, et ce que je trouve excellent dans un forum où l'Amitié et la considération de chacun en font l'excellence, c'est de pouvoir librement exprimer nos suggestions en bonne intelligence.

L'échange d'idée est inséparable d'un jugement de chaque interlocuteur sur la valeur de celui qu'il écoute. Quel meilleur intermédiaire que l'écriture et les commentaires pour la garantie des échanges littéraires ?!

Sans le désir d'échange, il n'y aurait pas de parole et de pluralité des idées.

C'est dans cet état d'esprit que s'établit une bonne communication, même si nous avons, parfois, quelques divergences, ce qui est naturel. Si nous pensions tous la même chose la vie serait bien monotone.

MERCI pour ta réponse, Cher HOHO.

Excellente fin de soirée.

ANDRÉ

Salut Salut Salut



Ce message a été édité - le 27-09-2020 à 19:29 par Laugierandre

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1-2

Discussion en direct :
Connectez vous pour participer.


Derniers posts :
  • Yolanta dans RECUEIL COLLECT[...]
  • Laugierandre dans Aurore[...]
  • Kerdrel dans La belle voltig[...]
  • Tango dans La belle voltig[...]
  • Saintes dans Ô mon amour[...]
  • Rickways dans RECUEIL COLLECT[...]
  • Machajol dans La silhouette[...]
  • Salus dans [Public averti][...]
  • Jean-Mi dans Aurore[...]
  • Christ dans RECUEIL COLLECT[...]