Page : 1

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Salus
Membre
Messages : 5393


Posté à 19h21 le 16 Sep 21




Mais lis ! (Mélo)




Livrés d'ivres livres, havre,
Mots émanés du démon,
D'affres graves où se navre
L'âme alme emmêlée à mon

Peu christique esprit caustique
Dont l'aigre et gris cri s'écrit
Au trac que l'éthique implique,
Si l'on crée en ce sanskrit !

Qu'on se serve, verve verte,
Quant à luire, pour l'ouïr
De la sorte, qu'il déserte,
Lui qui puisse n'y fouir !

Cet espace épicé pose,
A tous les coups, peu ou prou,
L’emphase à la phrase en prose
Où le vers sourd de l'écrou !

Et, trayant le miel d'oreille,
L'effrayant sang de ces sons
Friand du lied, trie et raye,
Brille en chassant les chansons !

- Ce sable (inintelligible ?)
Cible l'albe (c'est le blanc)
Et lisse lys d'une bible :
Récit franc qui sort du flanc !


Machajol
Membre
Messages : 3989


Posté à 22h46 le 17 Sep 21

Mélisse en lisse d'une cible
Pour si belle Cibèle en selle
Sur balancelle de velours
Hymne d'amour de tous les jours

Salus, tu as dû bien "t'amuser"
pour trouver autant d'allitérations dans ce texte ! clindoeil



Ce message a été édité - le 18-09-2021 à 18:14 par Machajol


Salus
Membre
Messages : 5393


Posté à 18h44 le 18 Sep 21


J'allitère à terre
(Ma litière aberre)
Tu lis l'air ? - Mystère !
J'allie l'art, misère !


Machajol
Membre
Messages : 3989


Posté à 12h34 le 19 Sep 21

Je lis l'R, le A, le B, le C etc...

Je lis la lettre
ABCDaire

Car tout me plait dans le littré!

Salut


Salus
Membre
Messages : 5393


Posté à 16h06 le 19 Sep 21


Si c'est ton livre de chevet,
Que de mots ton cerveau se vêt,
Ce qui suit je te le dédie
- Hommage à l'Encyclopédie :


Taxinomistes


Vous, les discrets héros des répertoires
Qui nous faites reluire et le truisme et l’apax,
Et ravivant Cassandre et son rapt par Ajax
Tant étayez nos efforts dérisoires

A saisir la culture, aiguiser nos mémoires,
Pour distinguer le batik du vrai wax !
C’est l’entretien d’un espéré climax
Que de plonger souvent les yeux dans vos ivoires.

Preux créateurs de tous les dictionnaires
Erudits agissant, lexicalisateurs
Infatués, sombres ou débonnaires,

Disparaissant ainsi qu’à l’aurore les fleurs,
Jamais vos noms ne se voient dans un livre,
Ces pages qu’écrivant, vous nous aidez à vivre.


Machajol
Membre
Messages : 3989


Posté à 16h14 le 19 Sep 21

Merci Salus, je prends et le mets de coté ! Salut


Salus
Membre
Messages : 5393


Posté à 22h22 le 21 Sep 21


Tu as raison, et prends patience, dans 100 ans il vaudra très cher !


Pierre
Modérateur
Messages : 6583


Posté à 22h40 le 27 Sep 21

Oui ton Mais lis!(Mélo) le plait.

Je pense aussi à celui là qui lui aussi n'était pas mal...


Salus
Membre
Messages : 5393


Posté à 21h50 le 28 Sep 21


Et cui-ci ? (Gainsbourg)

(...)
Lorsqu'en un songe absurde
Marilou se résorbe
Que son coma l'absorbe
En pratiques obscures
Sa pupille est absente
Mais son iris absinthe
Sous ses gestes se teinte
D'extases sous-jacentes
A son regard le vice
Donne un côté salace
Un peu du bleu lavasse
De sa paire de Levi's
Et tandis qu'elle exhale
Un soupir au menthol
Ma débile mentale
Perdue en son exil
Physique et cérébral
Joue avec le métal
De son zip et l'atoll
De corail apparaît
Elle s'y coca-colle
Un doigt qui en arrêt
Au bord de la corolle
Est pris près du calice
Du vertige d'Alice
De Lewis Caroll.

Lorsqu'en songes obscurs
Marilou se résorbe
Que son coma l'absorbe
En des rêves absurdes
Sa pupille s'absente
Et son iris absinthe
Subrepticement se teinte
De plaisirs en attente
Perdue dans son exil
Physique et cérébral
Un à un elle exhale
Des soupirs fébriles
Parfumés au menthol
Ma débile mentale
Fais tinter le métal
De son zip et Narcisse
Elle pousse le vice
Dans la nuit bleue lavasse
De sa paire de Levi's
Arrivée au pubis
De son sexe corail
Ecartant la corolle
Prise au bord du calice
De vertigo Alice
S'enfonce jusqu'à l'os
Au pays des malices
De Lewis Caroll.
(...)

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1