Page : 1-2

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Salus
Membre
Messages : 4384


Posté à 10h59 le 19 Jun 19





Coût de foudre



J'avais laissé mon cheval
Dans le val,
Et continuant à pied,
Tel qu'il sied,

J'entrais chez Dame Morgane
Fée insigne que Dieu damne...
- Dès que dans sa maisonnette,
Pour lui demander son aide,

Tombant à, je lui dis nous,
Ses genoux,
Sommes victimes, cruel,
D'un sort tel

Que notre amour pur balance
De l'ire à l’indifférence
Jusqu'à devenir de glace,
Fais quelque chose, de grâce !

Ma mie et moi regrettons
Nos grés bons
Qui nous faisaient, amoureux,
A nous deux,

Un seul reflet de lumière
Sur notre île douce-amère
Où tous les jours luisait l'astre
De tendresse et de contraste...

Mais le démon de l'ennui
Nous a lui
De son nimbe fade et plat,
Sans éclat ;

L'autre est devenu la vitre
Par où terne l'on voit l’hydre
De l'atone et morne Lerne
Dont toujours l'eau coule en berne

Noyant le rire et les fleurs
Dans nos cœurs
Qui n'aspirent plus qu'un sang
Vide et blanc...

Fais, pour que le feu revienne,
Moi la manne, magicienne,
D'une nécromante passe
Dont tu sais, secret rapace,

Des arcanes infernaux
Nourrir nos
Pauvres esprits étiolés,
Et, trop laids,

Les sentiments réciproques,
Qu'hier on croyait si proches,
Transformés en de lointaines
Et pâles faridondaines.

Prépare-nous pour le moins
Quelques soins,
Un onguent, même coûteux,
Pour nous deux !

Or la diablesse superbe,
D'une voix tenant d'Euterpe,
Ipso facto m'enveloppe
De mots doux, jusques à l'aube,

Qui m'ont fait éperdument
Son amant,
Son obligé, son vassal,
Et le graal

Du fanal fui de ma belle
Battit - pfuit ! - dès lors de l'aile,
Tant la fée à ce jeu forte
M'avait envahi l’aorte !

J'appris, las, un peu plus tard
Le départ,
Par la hart, de mon vieux flirt
Dont la fleur

Fanée avait lâché l'être
Pour le néant de Bicêtre,
Acquittant le prix du charme
Méchant, nul ne s'en alarme,

Que ma nouvelle passion
- Dérision -
M'avait, exorbitant dû,
Bien vendu...




Ce message a été édité - le 21-06-2019 à 21:21 par Salus


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 11h20 le 19 Jun 19

en effet les goûts de poudre tu le sais bien laissent des traces de rien, des cicatrures, des morsures mais nous avons le coeur sourd et les bras vides, alors on pleure ensuite, tant pis, on a vécu comme on a pu et tu verras toi qui aimes la solitude comment te retrouver
et déjà ton écriture en vaut bien la coupure


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 11h24 le 19 Jun 19

Coupure

Elle ouvrit la boîte à l’Etre
Dans la rupture
Entre midi et deux
Raclures de journaux
Et lettre de coupure
Il disait c’est fini
Entre les lignes de ses yeux
Elle lut finally
Est arrivé en fin
De parcoeur amoureux
Elle replia la lettre
Et ses yeux étaient secs
Refit son numéro
Pour accuser le coût
De la re-section
Sonne vide dans la maison
Elle reprit
Le chemin de l’école
Les enfants virent
Le vide de ses yeux
Et l’entourèrent de leurs mains
Hand et end
End et hand
On est là disaient-ils
Mais son visage blanc
Etait dans l’au-delà
Alors elle avala
D’un coup
Tout son malheur
Et les pilules du bonheur.

Marine


Saintes
Membre
Messages : 1116


Posté à 13h41 le 19 Jun 19

Les coupures dans le rythme ou l'attente de la suite d'un vers donne à ce poème une aride retenue un peu angoissante.
Un poème de landes et de rochers.


Salus
Membre
Messages : 4384


Posté à 14h29 le 19 Jun 19

A Violette :

Mon taf est fini,
Maintenant je souffre,
Et c'est, quand je l'ouvre,
L'embrouillamini...

A Saintes :

Ta lecture est savante
Et j'en suis bien content
Si cette histoire tant
Insolite te hante


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 16h26 le 19 Jun 19

enveloppe-toi dans ta souffrance sans lutter, sois un avec elle et elle va te lâcher
oui je souffre dis oui
et elle va se dissoudre peu à peu comme un nuage
les lambeaux qui en resteront seront une nouvelle mine pour toi
et tu en feras de beaux poèmes



Ce message a été édité - le 19-06-2019 à 16:28 par Violette


Salus
Membre
Messages : 4384


Posté à 20h48 le 19 Jun 19


Je vais plutôt opter pour le gaz, c'est moins fatigant


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 06h18 le 20 Jun 19

non le gaz ça pollue
trouve un truc écolo
tiens écris sur les arbres
avec du broie de noir
de l'encre sèche
de la sève d'ascèse
du raisiné
du jus de violettes
du vert de gris
du bleu de mes tites laines
du jaune d'oeuf
des carrés blancs
des traits tirés à l'arbalète
des liserons volubilis convolvulus
des points de suspension...


Salus
Membre
Messages : 4384


Posté à 15h50 le 20 Jun 19


Comme sa pipe Magritte,
Il n'est point de suspension
Dans cette pauvre pension
Que je loue et qui m'abrite.


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 17h20 le 20 Jun 19

là tu me fais peur
écris-moi ou appelle
ici la suspension est réelle
un instant suspendu


CinquiemeVallee
Membre
Messages : 391


Posté à 22h57 le 20 Jun 19

Coucou

Chant du gabier de premier brin

Il dût partir
le fou de coudre
Il dût quitter
son coup de foudre

Il dût souffrir
Comme un martyr
Pour ramander
Ce qu'on déchire

Le fil est lourd
Sa main de cuir
Se souvenait
D'autre velours

Le vent qui tire
Finit toujours
Par emporter
Nos brins d'amours Salut




Ce message a été édité - le 21-06-2019 à 10:54 par CinquiemeVallee


Saintes
Membre
Messages : 1116


Posté à 06h22 le 21 Jun 19

Dans cette ascèse
Où l'aveugle vie
Un instant surgit
Tiraillant par la manche
La sorcière des douleurs
Au fond de la brune
Une étoile vous veille
Scintillante timide
A la couleur de l'amitié
Présente et discrète
N'oublie rien des vers
Qu'incidemment votre plume
Relâche dans le ciel
Comme un ballon de baudruche. Salut


Arcane
Membre
Messages : 462


Posté à 10h42 le 21 Jun 19

Ô rage ! Ô désespoir …
Lire presque 2 pages,
Salus
Me faites souffrir !
Ne sais lire sans images
Morgane
Dame inculte dans l'âme
Est prête de s'évanouir !

Merci pour gente dame
Qui comprend mon ignorance
Ou Messieurs de l'assistance
Je jure que je m'enflamme
Main tendue, ne m'est pas offense !





Ce message a été édité - le 21-06-2019 à 10:43 par Arcane


Salus
Membre
Messages : 4384


Posté à 16h51 le 21 Jun 19



Sous votre houlette
De lecteur, j'écris
Le noir et le gris,
L'ardeur, belle ou laide...




Ce message a été édité - le 21-06-2019 à 17:05 par Salus


Ancienmembre
Membre
Messages : -637


Posté à 17h43 le 21 Jun 19

mais tu écris si beau
que tu peins la laideur
avec un crayon d'or

L'autre est devenu la vitre
Par où terne l'on voit l’hydre
De l'atone et morne Lerne
Dont toujours l'eau coule en berne

et tu me fais pleurer
moi qui n'ai plus de larmes
qui reste les yeux secs
devant le pire drame
car arrive l'instant
où l'on se mortifie
où l'on rit
devant tant de détresse
figé devant l'inéluctable
devant une mort préventive
d'un cerveau si vivant

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1-2