Page : 1-2

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Salus
Membre
Messages : 4710


Posté à 18h59 le 08 Apr 20



Choix





Je l'ai passée au mixer
La petite fée offerte
Avec l'art dans l'aigre cœur
Dont Orphée apporte alerte

Le rythme à l'aède amer !
Ne me restent que harpies
Comme horizon, comme amer,
Méchantes gueuses hardies

- Et rapides ! - je ne puis
Jamais en attraper une !
Troupe à vous pousser au puits,
Garces plus belles que lune,

Agitant leurs mille appas
Devant mes yeux qu'exorbitent
Ces promesses, n'est-ce pas,
Des cieux que leurs corps habitent !

...Je préfère - en me damnant -
A la douce Muse qu'use
Un enfer fort immanent,
Ces diablesses dont m'amuse

Quelque vice, et de ces voix
Qui me viennent, que j'appelle ,
Je retranscris, chaque fois,
Entre toutes la plus belle !


Ensuspens
Membre
Messages : 282


Posté à 19h09 le 08 Apr 20

Tu sais ce qui me "manque" dans tes poèmes?

la date

XD


Salus
Membre
Messages : 4710


Posté à 21h16 le 08 Apr 20


Beaucoup sont très vieux...


Ensuspens
Membre
Messages : 282


Posté à 22h32 le 08 Apr 20

...j'aurais aimé suivre le fil de ces dates. Salut


Salus
Membre
Messages : 4710


Posté à 14h16 le 09 Apr 20

Hé, oui, je te vois venir, mais elles n'existent que dans mes carnets manuscrits, et va retrouver ça !
- Bon j'aime assez cet intemporel impréhensible, c'est...romantique ?



Ce message a été édité - le 09-04-2020 à 14:20 par Salus


Ensuspens
Membre
Messages : 282


Posté à 23h38 le 09 Apr 20

Salus, les mots mentent, non?
J'ai souri pour "je te vois venir"


Salus
Membre
Messages : 4710


Posté à 14h41 le 10 Apr 20


Bien sûr, les mots mentent, mais c'est d'un "mentir vrai" ; et parce que la vérité n'existe pas, il faut bien se débrouiller :

"Ainsi le chœur des romances
À la lèvre vole-t-il
Exclus-en si tu commences
Le réel parce que vil"

Mallarmé...


Ensuspens
Membre
Messages : 282


Posté à 15h30 le 10 Apr 20

"Tout devient suspens, disposition fragmentaire avec vis-à-vis ou réciprocités, qui convergent au rythme total, lequel serait le poème tu, aux blancs."

J'aime cette phrase de Mallarmé!


CinquiemeVallee
Membre
Messages : 656


Posté à 17h23 le 10 Apr 20

Coucou

C'est un régal, même pour le mataf qui débarque, il faut croire que les sirènes...( de soirs de cuite des services du dimanche confinés sur la plage arrière, voiles affalées en attente d'un courant salvateur dans le pot au noir de l'inspiration)... avaient l'ankou vu et beaucoup lu... Coucou


Salus
Membre
Messages : 4710


Posté à 22h31 le 10 Apr 20


Ensuspens :

Mallarmé fut un immense génie de la langue, du mot, de la lettre...

- Et pour le mataf en bordée, une histoire bretonnante (et une bouteille de rhum !) :



Tumulus

« Qui voit Groix voit sa joie »



Aux Bretagnes de l’Ankou
J’ai cru voir - et c’est le clou -
Un spectre au mouvement flou
Qui dressa mon poil au cou !

C’était tout un tas de terre,
C’était triste et c’était terne,
Dans un ciel d’oiseaux en berne
Où le soleil manquait d’erre,

Des nuages, comme peints,
Longilignes, semblaient brins
De paille, d’or, et les reins
De la voûte, où les sapins

Courbaient leur tête pointue,
Se chargeait, obscure crue,
De la vague bleue écrue
Qui de tout temps le jour tue.

Les tertres, gagnés de nuit,
D’ombre, et tout ce qui s’ensuit
- J’en comptai bien sept ou huit
Multipliait ce qui nuit !

J’ai compris tard : chaque tombe
Qui palpitait - toute sombre -
Vide d’un noyé qui sombre
Pour toujours dans l’hécatombe,

N’était pas marquée aux croix
Du vieux cimetière, à Groix
- Morts en mer - Ce que je crois ?

Il est de sales endroits.


CinquiemeVallee
Membre
Messages : 656


Posté à 00h16 le 11 Apr 20


Coucou


Ensuspens
Membre
Messages : 282


Posté à 12h04 le 11 Apr 20

“La passion est la distraction du coeur.”
Vladimir Jankélévitch

Salus, tu me connais un peu, j'suis allée lire un peu plus Mallarmé et ce matin j'ai cette phrase qui me trotte dans la tête...

Salut


Ensuspens
Membre
Messages : 282


Posté à 12h09 le 11 Apr 20

5V,

Sirène... si reine

Ha! l'homme et le son des mots... Sourire


Salus
Membre
Messages : 4710


Posté à 15h31 le 11 Apr 20




Alme amer




D’un esprit de grève abdiquant,
Une émotion douce soulève
Ce fil mort qui tenait le glaive
Amer au suspendu piquant.

Passage, bief, aux saisons lentes
Où glisse en sinueuse nef,
Insubmersible et derechef,
L‘envie émue aux déferlantes !

Inapte, du rêve aux cheveux
Arrachés - splendides aveux !
Miroitant, merveilleux, à rendre ;

Psalmodiant ce code obtus,
Le syntagme ocellé de cendre
Trahit le langage en vertus.







Ce message a été édité - le 11-04-2020 à 15:34 par Salus


Ensuspens
Membre
Messages : 282


Posté à 15h55 le 11 Apr 20

Même mal armé...

Je salue
celui qui porte
aux flancs verts
ses messages d'amour
en langue impréhensible.

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1-2