Page : 1

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Jim
Membre
Messages : 1553


Posté à 11h57 le 26 Apr 11

Dès la plume saisie il faut élire un thème
Quand la plume se lance qui donc est choisi
Est-ce là que se cache la clef du poème
Quelque chose se passe un curieux stratagème
Ne savoir à ce jeu lequel des deux est pris
Ne savoir du sujet de la main le surpris

Les mots qu’il a écrit un à un l’ont surpris
Il pensait au début s’en aller sur son thème
Mais à vouloir les prendre voici qu’il est pris
Quand par les mots crachés il sent être choisi
N’obéir qu’à celui menant le stratagème
Dans les rets de ses sens qui trament le poème

Alors il ne sait plus que devient son poème
Il est premier lecteur et demeure surpris
Que ne soit plus à lui malgré son stratagème
Ce texte étrange qui pose son propre thème
Voici qu’il obéit sans rien avoir choisi
Comme ouvrier craignant que d’en faute être pris

Et du devoir d’écrire voici qu’il est pris
Humblement il se plie au diktat du poème
Il tire de l’orgueil d’avoir été surpris
De servir l’étranger dont il est le choisi
Et il rit qu’ inversé ait été stratagème
Quand devenir passeur s’affirme unique thème

Dans la boucle des mots se tressent sens et thème
Récurrence et guirlande dans leur cercle ont pris
Cette partie du monde où sourd ce stratagème
Qu’il ne découvrira en lisant son poème
Opaque restera car il n’a pas choisi
Cet océan des faits qui toujours l’a surpris

Il rêve qu’à son tour un moment soit surpris
Celui qui en secret lui imposa son thème
Que ce jour ce soit lui qui se sache choisi
Que dans le pli de son vouloir soit enfin pris
Par le détour des mots qu’alignent son poème
Le monde démasqué selon son stratagème

Quel stratagème peut n’en plus faire un surpris
Son poème sans fin court derrière son thème
Car rien n’est pris tant que le mot n’est pas choisi.


(Mars 2005)


Evemarie
Membre
Messages : 2291


Posté à 13h14 le 26 Apr 11

je cherche un poème sur la chasse dont je ne me rappelle ni le titre ni l'auteur : c'est une femme qui tire sur le cerf qui la regarde.
Tu n'es pas chasseur, j'espère, Jim ?


Jim
Membre
Messages : 1553


Posté à 13h18 le 26 Apr 11

Je chasse le chasseur, et cours le jupon. Rien donc que de très innocent...


Evemarie
Membre
Messages : 2291


Posté à 13h20 le 26 Apr 11

je traque le chasseur.


Jim
Membre
Messages : 1553


Posté à 23h14 le 29 Apr 11

J'ai un faible pour les chasses du comte Zaroff... J'aime tant renverser les rôles !


Jim
Membre
Messages : 1553


Posté à 17h14 le 23 Sep 20

Je savais bien avoir écrit une sextine quand j'étais bambin ! Mdr


Kerdrel
Membre
Messages : 611


Posté à 15h44 le 24 Sep 20

je salue la performance d'avoir gardé dans chaque sizain les mêmes mots rimés différemment, étant plus classique les mots coupés en hémistiche me gênent un peu :
" Quand la plume se lan/ce qui donc est choisi
Est-ce là que se ca/che la clef du poème
cela alourdit la lecture

"Le stratagème n'a pas pris
Surpris d'en faire un tel poème
Qui n'a pour lui que le seul thème
De chasse à courre alors choisi."

Sourire Mdr


Laugierandre
Membre
Messages : 1430


Posté à 11h23 le 25 Sep 20


Bonjour JIM,

Un bel exercice poétique fameusement réussi. Il fallait le faire, en six sizains, de réutiliser les mêmes mots sans donner l'impression de "surcharge" et de répétition du thème.

Avec ces changements légers dans la formule et de subtiles modifications, le texte conserve une plaisante et appréciable unité.

Dans cette "chasse aux mots" tu as "visé" juste car au delà des termes que l'on engrange dans sa gibecière, c'est surtout ce que l'on y fourre dedans qui est le plus important. BRAVO pour la prouesse !

Au niveau de la prosodie, et comme tu vises la tournure classique, je partage l'avis de KERDREL en ce qui concerne les césures franches à l'hémistiche. En effet, dans quelques uns de tes vers, le mot final du premier hémistiche déborde et "chevauche" sur la première syllabe du second hémistiche.

Dans l'alexandrin, il doit y avoir SIX syllabes dans le premier hémistiche, et SIX syllabes dans le second. Le tout marqué par une "coupure" franche.

Mais à vouloir les prendre// voici qu’il est pris

7 syllabes dans le premier hémistiche et 5 dans le second.

Il eut été préférable, par exemple, de modifier ce vers ainsi :

Mais à vouloir les prendre aussitôt qu’il est pris

de manière à ce que le "E" final de "prendr(e)" soit élidé grâce à la première voyelle du mot "aussitôt".

Ou alors, changer le mot "prendre" :

À vouloir les saisir,// le voici qu'il est pris.

Cela n'est pas une critique, JIM, et n'enlève rien à l'accomplissement de ton poème. Ce n'est qu'une suggestion dans le cadre de l'Amitié, du respect et du partage que nous savons si bien entretenir sur le forum. C'est ainsi que nous nous enrichissons les uns aux autres et que nous progressons.

Coucou Coucou

MA BIEN CHALEUREUSE SYMPATHIE DE PLUME.

CARPE DIEM

ANDRÉ

Salut Salut Salut



Ce message a été édité - le 25-09-2020 à 11:25 par Laugierandre

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1

Discussion en direct :
Connectez vous pour participer.


Derniers posts :
  • Ensuspens dans Fontaine, fonta[...]
  • Jim dans Alignement[...]
  • Tonindulot dans Pouvons-nous ri[...]
  • Tigrou dans Icône au faste[...]
  • Laugierandre dans Regards...[...]
  • Tango dans La belle voltig[...]
  • Machajol dans Futur[...]
  • Loren dans Et si l'inconsc[...]
  • Kerdrel dans Ultime[...]
  • Clementcheylan dans Et si l'inconsc[...]