Page : 1

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Salus
Membre
Messages : 4878


Posté à 21h20 le 18 Sep 20





Topographie



Derrière le miroir du monde
Il est des limbes sous l’amer ;
Ce faux-tain tendu comme l’onde
Sur les dépressions où la mer
Camoufle une agonie immonde...

Ainsi des cimes de ces monts
Qu’un vertige nous énumère :
Tout paraît pur, mais nos démons
Dont l’essaim, plus ancien qu’Homère,
Grouille, sont diables et mammons !

Au verso des déserts de sable
On sait le grand erg intérieur
Brûlant du vide insoutenable
Dès que l’on perd cet air rieur
Par l’enfance seule capable...

Dans les friches de nos vingt ans
Miaulent et s’étiolent nos notes,
Sourdes même au gros de nos gens
- Sédentaires plus qu’Argonautes -
Fleurs du son cru de nos vains chants.

Du touffu des brousses d’idées
On entend gronder les acteurs,
Fils des logiques dévidées,
Grands fauves éradicateurs
Des vérités, déshérités !

Plus bas les gouffres, au profond,
Vers la karstique inconscience
Qu’insinue un coup d’écho, vont
Faire résonner de silence
Ces confins où tout se confond.

A l’ivraie envahie des villes
Le brin d’herbe est individu
Perdu parmi les foules viles
Où le quidam nanti vit du
Mensonge de ces lois civiles.

Sous le policé du glacis
Que le miroir du monde arbore,
Des crapauds troubles et rassis
Gâchent la surface où s’absorbe
Le reflet d’un penseur assis...


Tigrou
Membre
Messages : 246


Posté à 09h44 le 19 Sep 20

Cette topographie philosophale et dantesque image un au-delà où la ligne claire se brise.
Quelle belle alchimie poétique !


Salus
Membre
Messages : 4878


Posté à 16h28 le 20 Sep 20


Merci pour ton passage, ami Tigrou.


Lau
Membre
Messages : 464


Posté à 19h44 le 20 Sep 20



Fatalité si bien rimée
Qu'une idée aussi empêchée
Ne pût au bout d'un bel écrit
Freiner ce rêve manuscrit :


Le son du chat qui perd son cri
Comme le dernier souffle au cor ;
Bientôt le félin rabougri
Ornera les ruines d'Angkor,

Ou mu sous quelque autre avatar
Il se purgera d'herbe drue,
Fille du rêve et de la crue
D'un fleuve où se pomponne Ishtar.






Saintes
Membre
Messages : 1261


Posté à 20h34 le 21 Sep 20

Gros temps sur la civilisation. Est-ce l'air du temps ou ne serait-ce que ses dérèglements qui te l'inspire ? Ou l'aire du temps qui s'étiole ?

Salut Salus, depuis le temps que je n'ai pas commenté.


Salus
Membre
Messages : 4878


Posté à 22h04 le 21 Sep 20

Répons à Lau :


Finalité mal arrimée
Sur une ides de mars pêchée
Dans le pur d'un obscur sanskrit,
Mon songe, man, pleure et puis rit !


Osons le jas, à priori
Son encre se balance encor
Au fauve art où s'est enchéri,
De ce trop funambulesque or,

Le "je" de mots dits à l'instar
Du parler d'homme de la rue
Avec la syntaxe incongrue
Dont s'affuble tout racontar.





Ce message a été édité - le 21-09-2020 à 23:16 par Salus


Salus
Membre
Messages : 4878


Posté à 22h06 le 21 Sep 20


Salut, Saintes !

"l'aire du temps qui s'étiole"

C'est bien joli, ça...

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1

Discussion en direct :
Connectez vous pour participer.


Derniers posts :
  • Ensuspens dans Fontaine, fonta[...]
  • Jim dans Alignement[...]
  • Tonindulot dans Pouvons-nous ri[...]
  • Tigrou dans Icône au faste[...]
  • Laugierandre dans Regards...[...]
  • Tango dans La belle voltig[...]
  • Machajol dans Futur[...]
  • Loren dans Et si l'inconsc[...]
  • Kerdrel dans Ultime[...]
  • Clementcheylan dans Et si l'inconsc[...]