Page : 1-2

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Salus
Membre
Messages : 6078


Posté à 21h17 le 21 Sep 22






Blasons





Quelque indécent et rond il soit,
- Sauf de bouteilles ou de lampes -
C'est de sa grâce que tu flambes,
Comme la Muse sur ses iambes,
Dansante quand on t’aperçoit,
Passante souple et sensuelle...

D'un vase ou d'entre deux sommets
Ce nom me plaît quand je le mets,
Appétissant tel que ces mets
Raffinés, à mon menu d'elle !

D’œuvre, du mur, droit ou d'estal;
Il installe sa plante arquée
Chez la vestale hélas parquée
Au temple où, des gens démarquée,
Leur dolent repos est fatal.

Qui de poignée ou de caresse ;
Jeux de vilain, jeux de niño !
A quatre, en jouant du piano,
Ou leste, sous le kimono,
Sans qu'aucun émoi ne paraisse.

Sur mon plus beau papier, sous l'ent...
Peindre d'éloges, face à face,
Ce profil franc dont rien n’efface
La crâne candeur de la race.
- Fi de gondole...et du client ! -

Bien plus troublant que liturgiques,
En poire, et pointant à dessein
Sous le fin corsage assassin,
Vibrent en moi, comme un essaim,
Ces globes ceints de faims magiques...

Brassens l'a fait bien mieux que moi,
Mais pas question que je déroge :
Cette praire exquise se loge,
Sage, au lisse envers de la toge,
Provoquant l'envie et l'émoi.

Ecarquillés, battus, de braise,
Marron, gris, noirs, verts, bleus, vairons,
Miroirs de l'âme, nous verrons,
Par plaisir, en amende ou ronds,
Papillonner vos regards d'aise !

Ah ! de Molière ou de serpent,
Vernaculaire, morte, agile,
Celle des dieux ou de Virgile !
(La tienne, charnue et fragile,
Sept fois tourne en ma bouche et prend
La mienne ! heureuse et bien pendue.

Musicale, absolue - ou pas -
D'elfe, pointue, au lobe bas,
Ecoutant bruire nos ébats !
(L'interne est de miel défendue)

Léger ou lourd, mais d’artichaut,
Gros, sur la main comme à l'ouvrage,
Il est le centre de la rage
Et de la passion, dans sa cage
Où la chamade bat au chaud !

Aquilin, de marche, en trompette,
Busqué, fin, négroïde ou grec,
En avoir atteste du nec
Plus ultra de choix, pas d'échec ;
Sans lui, La Camarde est complète.

Ondulant d'or autour des reins,
Quand, en quatre, où l'esprit les coupe,
Ils peinent à joindre ta croupe,
Ou qu'il en est dedans ta soupe ?
- S'en faire implique que tu crains.

C'est ton être entier que je loue
Sans oublier ton bel esprit
Qu'aucune allusion ne décrit
Car il est unique, et quand rit
Ton âme, à laquelle je voue
Tant d'amour et d'admiration,
Le plaisir au monde braisoie,
Cette vie est, comme la soie,
Chatoyante ! et c'est là ma joie !
- Les blasons ?
Simple inspiration.









Ce message a été édité - le 23-09-2022 à 21:37 par Salus


Lau
Membre
Messages : 1347


Posté à 13h27 le 22 Sep 22



Les décrire sublimement,
Subtilement, sans les citer,
Chaque partie, et une à une !
Ces mots pour te féliciter
De ce poème éminemment
Tissé comme une neuve lune.




Ce message a été édité - le 22-09-2022 à 13:28 par Lau


Salus
Membre
Messages : 6078


Posté à 14h24 le 22 Sep 22


Dans ta lecture autorisée
Tu vois l'ellipse et l'apocope
Et ce que cette absence englobe
D'évocation bien irisée


Lau
Membre
Messages : 1347


Posté à 15h12 le 23 Sep 22



Dans cette écriture interlope
Qui se fout bien de la risée
De quelque loi vieille avisée,
J’entends l’émotion qui galope.


[Et merci de me corriger
-En off- pour le hiatal « et une » ;
Tant de leviers jusqu’à la Lune
A si souplement ménager !]


Salus
Membre
Messages : 6078


Posté à 21h35 le 23 Sep 22


C'est une expérience prisée ;
J'ai voulu blasonner dès l'aube,
Mais pour trouver les noms, polope !
- Ainsi, la forme est maîtrisée.


(C'est un prêté pour une rune ;
Nous finirons par l'ériger
L'échèle orphique de Richter !
Elle nous serait opportune...)


Lau
Membre
Messages : 1347


Posté à 11h02 le 24 Sep 22



Ces non-dits sont subtile dope
Qui mérite d’être bissée ;
Elle rend l’œil à toute taupe
Même si sa vue est brisée.


[Echelle où l’on verrait jucher,
Au paroxysme du volume,
Le vers qui grimpe et qui s’allume
Quand y vient la rime s’escher ?]





Ce message a été édité - le 24-09-2022 à 11:08 par Lau


Salus
Membre
Messages : 6078


Posté à 19h22 le 24 Sep 22


Le mot, ourdé telle une adobe
Par une ellipse un peu plissée,
Laisse sous-entendre la robe,
Comme au vin la note épicée.


(Une métaphore où pêcher
Ce parfum qu'en lisant l'on hume,
Ce parfum de mer et de brume...
- Tant de bonheur est-il pécher ?)






Ce message a été édité - le 24-09-2022 à 21:07 par Salus


Lau
Membre
Messages : 1347


Posté à 10h51 le 25 Sep 22



Belle cette brique gansée
Par les cheveux noirs de Mérope
Et cette fragrance avancée
D’un raisin mûr qui nous absorbe.



[Aucun confesseur ne nous brime
Et c’est plutôt d’un pas léger
Mais concentrés qu’ainsi l’on rime
Sur mille étangs tus, sans bouger.]


Salus
Membre
Messages : 6078


Posté à 22h54 le 25 Sep 22


Une brique de terre ansée
Par la toison qui se dérobe
De la fille d'Atlas lancée
Dans une mythologie orbe !


(Un plaisir, même si l'on trime
Bien autant que Fernand Leger*,
Si l'on se bat pour qu'il s'exprime
Le chant que l'on doit arpéger.)

* Incongrue irruption de l'artiste !







Ce message a été édité - le 26-09-2022 à 21:22 par Salus


Lau
Membre
Messages : 1347


Posté à 14h50 le 27 Sep 22



Aussi petite qu’un microbe
-La seule pléiade effacée-
Elle apparait pourtant le trope
De l’amante à l’humain passée.


[Dans tous les arts, il faut plonger
Sans se rouler dans la farine ;
Au poème, il faut se gorger
Du mot, de sa note azurine]


Salus
Membre
Messages : 6078


Posté à 16h10 le 27 Sep 22


Figure de style, là, hop ?
Au nom de "La Pléiade" en fac-
Similé ? - C'est confus (pas glop,
J'ai moi-même un peu trop le trac)


(Je vais plutôt, pour éponger
L'eau de la rose purpurine
De tes vers, qui m'ont fait songer,
Sacrifier de la lustrine !)




Ce message a été édité - le 30-09-2022 à 07:39 par Salus


Jim
Membre
Messages : 2783


Posté à 04h46 le 28 Sep 22

J'adore les devinettes, surtout quand elles sont bien contournées ! Coucou Sourire


Lau
Membre
Messages : 1347


Posté à 09h13 le 28 Sep 22



Jugement moral* en réac-
Tion d’une pléiade un peu trop
Proche de l’homme, ainsi galac-
Tiquement, son étoile est flop.

[Ça brille et l’on pourrait tagger
Sur cette surface marine,
Un phare et pour mieux naviguer,
Peindre une boussole ivorine]



*(trope philosophique) : Mérope est l'une des Pléiades [...] Des sept étoiles de la constellation des Pléiades, c'est elle qui brille le moins, car elle est honteuse, dit Ovide, d'avoir, elle seule parmi les filles d'Atlas, donné ses faveurs à un simple mortel. in 1001 mythes



Ce message a été édité - le 28-09-2022 à 09:18 par Lau


Salus
Membre
Messages : 6078


Posté à 11h58 le 28 Sep 22


Couper le mot n'est pas un scoop,
Mais sans en faire un artefact ;
Je sais ton littéraire tact
- Mais si c'est un tic, je dis stop !

(L'imaginaire, à ping-ponguer,
S'échappe ! (je pense à ma nine
Comme ta mer vient me narguer
Dans l'iode et la sérotonine...)


Lau
Membre
Messages : 1347


Posté à 15h28 le 30 Sep 22



« - Poo-poo-pee-doo, dit Betty Boop,
Oui laissons donc le lemme intact !
Nous l’aimons gros, gras et compact »
(C’est marrant de les scinder…
… Yop !).

[Wouah ! sous les éclairs, zigzaguer,
Gouverné par la dopamine,
L’on sent l’âme et le corps s’aguer-
Rir au moindre vers qui s’anime.]





Ce message a été édité - le 30-09-2022 à 17:37 par Lau

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1-2