Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.

Poète précédent: Charles MONSELET Charles MONSELET

 

Raoul PONCHON Poète suivant: Raoul PONCHON






Edmond ROSTAND



Prénom: Edmond
Nom: ROSTAND

Né(e) en : 1868
Mort(e) en :1918

Biographie

Parmi les auteurs dramatiques qui lui furent contemporains – Sardou, Courteline, Feydeau, Tristan Bernard, Bernstein, Porto-Riche, Maeterlinck –, le nom d'Edmond Rostand brille d'un éclat singulier en raison d'une seule pièce de théâtre qui lui a assuré la gloire : Cyrano de Bergerac. Ce chef-d'œuvre a éclipsé ses autres publications : poésies, autres pièces de théâtre, écrits en prose, composés dans une langue élégante et alerte, pleine d'inventions métriques, lexicales ou stylistiques.

1. La gloire à vue de nez

Edmond Rostand naît à Marseille dans une famille aisée et cultivée, le 1er avril 1868. Il achève ses études secondaires à Paris, au collège Stanislas. En 1887, il obtient un prix littéraire pour un essai intitulé Deux Romanciers de Provence : Honoré d'Urfé et Émile Zola. Renonçant au barreau, il décide de se consacrer à la littérature. Après Le Gant rouge (1888), un vaudeville, il publie Les Musardises (1890), recueil poétique non dénué de charme : « L'idée est délicate et la forme la blesse / Des poèmes trop faits. » Cette même année, il épouse la poétesse Rosemonde Gérard (1866-1953) qu'il a connue à Luchon, lieu de vacances de leur jeunesse.

Après Les Deux Pierrots (1891), lever de rideau, qui resta sans écho, Les Romanesques, comédie en vers, antinaturaliste, sur des amours contrariées par des rivalités familiales, représentée à la Comédie-Française le 24 mai 1894, marque le début du succès. La même année voit la naissance de Jean (1894-1977), son second fils, futur biologiste, après Maurice (1891-1968), qui sera écrivain.

Sarah Bernhardt (1844-1923) va inspirer à Rostand deux pièces en vers, dont elle interprète le rôle-titre : La Princesse lointaine (1895) évoque l'amour éperdu du troubadour Joffroy Rudel pour Mélissinde, princesse orientale ; représentée le 5 avril 1895, la pièce fut rapidement retirée de la scène. Au contraire, La Samaritaine (1897) qui évoque la conversion d'une pécheresse transfigurée par sa rencontre avec le Christ telle que la rapporte l'Évangile de Jean, plut au public qui appréciait son mélange, au goût du jour, de mysticisme et de sensualité.

Mais c'est la représentation de Cyrano de Bergerac, le 28 décembre 1897, au théâtre de la Porte-Saint-Martin, qui provoqua l'enthousiasme des spectateurs. Le célèbre acteur Coquelin (1841-1909), qui tenait le rôle du héros éponyme, contribua au triomphe de la pièce. Tout Paris vint applaudir ce spectacle qui se propagea rapidement sur les scènes internationales.

Sarah Bernhardt tint encore le rôle principal dans L'Aiglon, créé à Paris le 15 mars 1900. Si la pièce est un nouveau triomphe, la critique se montre plus réservée. Autour de la figure ardente et maladive du duc de Reichstadt (1811-1832), ce drame historique en vers évoque une conspiration à laquelle le jeune prince se laisse entraîner par Flambeau, ancien grognard de la Grande Armée de Napoléon. Déjouée par Metternich, la machination mènera le duc à la mort, qu'il affronte avec courage. Plus que le héros accablé par son destin, ce sont les scènes de la vie quotidienne au château de Schönbrunn, les figures féminines, les personnages de Flambeau (rôle tenu par Lucien Guitry) et de Metternich, et surtout la séduction du mythe napoléonien qui font l'intérêt de cette œuvre. Auteur à succès, Rostand est élu, en 1901, à l'Académie française. Il prononce son discours de réception le 4 juin 1904.

À Cambo-les-Bains, dans le Pays basque, où il était venu se soigner, Rostand va faire construire une superbe demeure dans le style régional, la villa Arnaga, « poème de pierre et de verdure », aujourd'hui musée Edmond-Rostand. Il y écrira Chantecler, pièce en quatre actes, en vers, représentée le 7 février 1910, au théâtre de la Porte-Saint-Martin. Les personnages sont des animaux de la basse-cour ou de la forêt. Le rôle du Coq Chantecler, dont le nom provient du Roman de Renart, est tenu par Lucien Guitry. Le Coq est persuadé que c'est lui qui fait se lever le soleil : « J'ai tellement la foi que mon cocorico / Fera crouler la Nuit comme une Jéricho ». Amoureux de la Poule faisane, il oublie son « savoir-faire » et perd sa réputation d'annonciateur de l'Aurore ; les animaux le tournent en dérision. Les péripéties se succèdent jusqu'à la mort du Rossignol, figure du poète, tué par un chasseur. Cette « fable symbolique » fut un échec complet. La pièce méritait un accueil qui eût moins prêté attention à la fantaisie de l'intrigue, aux jeux de mots faciles ou aux intentions didactiques qu'à la portée allégorique et satirique, ainsi qu'à la qualité du lyrisme. Au cours de la Première Guerre mondiale, Rostand publia Le Vol de la Marseillaise (1915), hommage aux combattants auxquels il n'avait pu, pour raison de santé, être mêlé. La Dernière Nuit de don Juan (1921, posthume) montre le séducteur humilié par le Diable dans son orgueil exorbitant d'être toujours « le fer qui séduit l'aimant ». Victime de la grippe espagnole, Edmond Rostand meurt à Paris, le 2 décembre 1918.

2. « Mon panache ! »

Cyrano de Bergerac, « comédie héroïque en cinq actes, en vers », offre une succession de péripéties, sur un rythme enlevé, dans les lieux les plus divers : l'Hôtel de Bourgogne, en 1640, où Cyrano empêche de jouer l'acteur qui lui déplaît ; la rôtisserie de Ragueneau, où Roxane confie à son cousin Cyrano son amour pour le baron Christian de Neuvillette ; une place de l'ancien quartier du Marais où demeure Roxane et où a lieu la célèbre scène du baiser ; les remparts du siège d'Arras où Christian est tué ; quinze ans plus tard, en 1655, le couvent des Dames de la Croix, où Cyrano vient voir chaque semaine Roxane qui s'y est retirée après son veuvage. Des déclamations de Cyrano, qui sont autant de morceaux de bravoure, ponctuent ces scènes : la tirade du nez, la proclamation d'une liberté sans Dieu ni maître, la déclaration d'amour à Roxane, les encouragements aux Cadets affamés, le défi à la mort : « Je crois qu'elle regarde... / Qu'elle ose regarder mon nez, cette Camarde ! » Le Cadet de Gascogne a prévu ainsi son épitaphe : « Philosophe, physicien, / Rimeur, bretteur, musicien, /Et voyageur aérien, / Grand riposteur du tac au tac, / Amant aussi – pas pour son bien ! »

Duelliste, poète, philosophe – l'esprit et la bravoure qui caractérisent Cyrano sont à la mesure du nez démesuré dont la laideur l'afflige. Son destin s'inscrit dans cette contradiction entre son âme noble et généreuse et sa disgrâce physique. Le sens de l'honneur, la verve railleuse, cocasse ou lyrique, la tendresse cachée sous l'orgueil et l'allure superbe, la haine du mensonge et des mesquineries, l'impitoyable mépris envers les parvenus, les médiocres, les lâches, voilà quelques traits du héros fantasque et émouvant autour duquel s'organise l'intrigue. Amoureux de sa cousine Roxane, une précieuse, il a pris sous sa protection le baron Christian qui plaît à la belle, mais manque d'esprit ; pour lui permettre de la séduire, il va lui prêter ses mots d'amour, sa propre voix. Après le mariage hâtif des amants, et la mort de Christian, tué au combat, c'est encore lui qui écrira les lettres à Roxane, qu'il envoie au péril de sa vie pendant le siège d'Arras. Et ce n'est que blessé à mort qu'il laissera entendre à sa cousine l'amour passionné qu'il éprouva pour elle. C'est en lui souriant, et en s'adressant une dernière fois aux bassesses du monde, qu'il lance le mot, qui le caractérise à jamais : « Il y a malgré vous quelque chose / Que j'emporte [...] ; / Quelque chose que sans un pli, sans une tache, j'emporte malgré vous, et c'est / Mon panache. »

Le héros de Rostand n'a que de lointains rapports avec Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655), écrivain libertin, auteur notamment d'un double récit de voyage interstellaire : Les États et Empires de la Lune, Les États et Empire du Soleil, prétexte à une méditation critique sur l'état de la France de 1650. Les sources d'inspiration de Cyrano de Bergerac se trouvent plutôt dans la commedia dell'arte, la comedia espagnole du Siècle d'or, le drame romantique... ; les multiples registres dramatiques de cette pièce hors du commun permettent cependant d'y déceler bien d'autres influences.

Tandis que la pièce entrait au répertoire de la Comédie-Française en 1938, Cyrano de Bergerac devenait une manière de héros national.

Source : Bernard SESÉ (professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española) Encyclopédie Universalis


Ses poèmes

 TITRE Date
 Ballade du petit bébé Ballade du petit bébé

Il fait un gazouillis suave, Un chantonnement continu, Sans souci du ton, de l'octave....
X [2] [2] 22/06/17
 La dernière lettre de Cyrano La dernière lettre de Cyrano

" Roxane, adieu, je vais mourir ! ... " c'est pour ce soir, je crois, ma bien-aimée ! ...
[1] [0] 24/12/16
 Le petit chat Le petit chat

C'est un petit chat noir effronté comme un page, Je le laisse jouer sur ma table souvent....
[3] [2] 17/04/17
 Les rois mages Les rois mages

Ils perdirent l'étoile, un soir ; pourquoi perd-on L'étoile ? Pour l'avoir parfois trop regar...
X [4] [3] 23/12/16







Il y a actuellement 24 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [2]:
Marcek. Mido.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [50]:
Licorne. Violette. Rickways. Fanch. Lo. Tonindulot. Lili. Kim Aquilina. Pierre. Machajol. Oxalys. Colline. Hugo98. Evemarie. Jeannine B. Nostahrj. Royam. Lasource. Madykissine. Ann. Louis. Fasya. Louis Vibauver. Jenesuisrien. Lefebvre. Marcek. Joa. AR_d_N. Dreamhunter. Rechab. Salus. Mijo. Ottomar. Poetedza. Djoze. Lilicat. Aurorefloreale. Leonard. Lady. Arcane. Bvl. Guigui90000. Isabelle Chevalier. Luxis. coeur de poete . Dilahk-Ihtebaromle. Eva Dam. Typique. Mido. Zoe.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Zoe. Mathichouxxx. Clive1988. Lou75. Pat. Keendboy. Mido. Genepi. Caillou7510. Bombadil. Tulipe noire. Bzh29. Switemia. Arthure-rheinmoche. Guiguii. Sisouna. Ninapikolina. Wolverine. Tintin. Lupuswarrior.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924