Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : TEMPSCliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:TEMPS

Le Chant d'un Passé


SOUVENIRS VECUS RESTITUES TELS QUELS
PROSE.

Nous étions enfants de Marie;
Plus grandes les Louises de Marillac.
Je fréquentais Annie de deux ans mon aînée
J’avais onze ans six mois, communion solennelle
Avec un Dieu crispé entre les doigts des mains.
Nous rendions une fois par semaine visite
A une dame seule, considérée Mamie,
Cette Grand-Mère en son domicile
fixe.
__________


Une petite porte ouvrait sur une pièce
Après trois marches où s’use le temps, sous pieds
En soupirs craquelés sur nos rayons lumières.
Nous descendions religieusement les marches ;
Ces trois niveaux en grains de chapelet Chimères
Où fantômes occupaient l’espace sagement.

Elle était frêle, très vieille, une auguste Grand-Mère
Toute sombre Mamie, cette dame petite
Etait barbue mais pas, toutefois, comme un singe
Mais comme un homme en aucun gène hérite,
De ce charme latent, ami de tours manèges !

Notre Grand-Mère toute belle et jolie,

En robe tablier à carreaux noirs et gris
Se fondait dans l’espace comme pour s’oublier
Ou s’immoler sans bruit entre murs et plafond
Maculés de soupirs ternis du temps aussi.

Un pâle éclair sourit nous accueille discret,
Cache le « réfectoire » en restes et miettes
"Assis" sur les deux chaises et l’excédent déchet
Sur sol, abandonné, collant de poussière.

Tout en senteur errante éclaboussée flétrie
Profanait et troublait l’espace jusqu’au seuil !
Cela ne souille en rien ma petite personne
Mais mon amie, en gestes et paroles
Démesurés, tachait le velours du pourquoi
De notre bienvenue, et ses sous-entendus
En camouflets restaient sourds sans effet sur moi,
Mais dedans, ce sarcasme faisait triste agonie.

Ce « bref » » tour d’horizon nous amena au balai,
Lave-pont, eau, savon, nous empoigna les mains,
L’une au sol, l’autre aux meubles tour à tour jumelées,
Lessivage et poussière effacèrent les empreintes
Tenaces pour ne faire qu’astiquer, reluire seul
Le présent moment autour de cette table
Où Grand-mère la parcourait tel un ange gardien
S’appuyant sur les bords leur offrant un regard
Absent comme un suaire épris du "lin seul"* !

Je me souviens de Vous en gestes sans oubli
Mamie !

Ici, pas de tapis persan, se feutre le silence
En fil d’attente malin, c’est un jour sans nuit
C’est l’aube sans appât qui poursuit l’incertain,
C’est la Vie ou trépas qui gère en cadence!
Il n’y a pas d’horloge ! Il n’y a pas de temps !
Il n’y a pas de temps mais un tout, tout le temps !
Vous êtes si étroite si fragile Mamie,
Et si framboise aussi !
Toujours à la merci !

A l’ombre où rien ne brille jusqu’au regard éteint
Même quand tu souris, la glace n’est qu’étain
La patine du temps serait-elle habitude
Qui use et réfléchit cette pièce insalubre ?
Merci Grand-Mère du temps,
Merci de ce longtemps
Temps ne compte pas
Dévoré à pleine dents

Il n’y a pas d’horloge ! Il n’y a pas de temps
Il n’y a plus de temps mais tout le temps
Tu es si étroite si fragile Mamie,
Toute effacée à la merci !
Et si framboise aussi !

Polymnie2, fait le 7 et 8 juin 2015.


Lin seul = Regard posé sur soi( en me mettant à sa place).





Le texte est long, mais si vous saviez tout ce temps !
Et combien je le bénis !

Ce poème vient après toutes les lectures faites sur les sujets divers et les Âmes sans domicile fixe.
Je vous propose un Domicile « fixe » d’un temps lointain, fixe par la solitude, l’âge, et porte monnaie démuni de l’époque où la jeunesse était considérée utile et s’activait à regarder la vérité en face quel que soient les moyens, moyens, petits, des parents. Nous aidions le clergé qui veillait à suivre et enrichissait l’éducation transmise déjà par les parents.
L’école laïque en faisait autant

Nous étions armés jusqu’aux dents pour ne pas tomber dans la facilité
ni dans l’oisiveté. Il y avait des sacs de billes et avec mes frères je jouais aux billes sur les lits pour ne pas faire de bruit, mais notre père avait l’ouïe fine, se levait pour nous sermonner.
Je suis la sixième de huit enfants et j’ai vécu silencieusement la galère de mes parents. Et oui, il faut avoir l’œil lorsqu’on n’a pas d’esprit !
C’était avant, oui bien sûr, mais comme beaucoup de choses !
Ce souvenir est toujours vivant comme beaucoup d’autres
Mais personne n’y croit, car le temps tissé a croisé les fils de la vie !





Ecrit par Polymnie2
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 29 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [4]:
Jjnad. Jmd. Aurorefloreale. Leonard.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [64]:
La veuve noire. Violette. Rickways. Fanch. Skywheeler. Polymnie2. Jjnad. Jmd. Tonindulot. Lili. Pierre. Machajol. Sandipoete. Colline. Evemarie. Jeannine B. Poetry. Nostahrj. Lasource. Ann. Colibri. L_ Alb_Atroce___. Muserhode. Saintes. Isa la Bella. Fasya. Wall. Stapula. Marcek. Joa. Varech. Thierrycabot. Salus. Lucie. Claudel. Myroina. Anemone. Mistou. Ottomar. Pilar. Christ. Jakecrit. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Nihilisteo. Grain de sable. Isabelle Chevalier. Coeur de poete . Anne Onyme. Amon 1er. Typique. Laurent7869. Lastours. AlanJoyce. Noiressaim. Zeev stern. Zalina. Bleu Horizon. F.Lo. Ohazar. SteveMtl. Saphir.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Isidor. Saphir. SteveMtl. SiobhanRiordan. Marianaze. Eyny. Soliloquer. Ohazar. SoftMachine. Las. Bb68128. Auguste. Christiane87. Lilipoete95. Eyni. Elkseuroise14. Besson. Cocicofa. Clacele. Jeansu.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924