Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)



Poème précédent Poème suivant
             

Tous les poèmes sur le thème : FARNIENTECliquez ici pour lire tous les poèmes sur le thème:FARNIENTE

Sous la Tiédeur Cheminent mes Pas


Le chemin de la vie fouillée par l’âme à mes pieds,
Méditer ce dehors parlant l’air de saison,
Découvrir le délice qui se tait mais s’assied,
Fait refleurir les ombres en de belles chansons!

Es-tu déjà passé dans un étroit chemin
Sans voir dans la rosée la fleur tendre ta main,
Attirer ton regard expirant son parfum
Pour toucher de plus près sa beauté dans l’ampleur?

Si tu crains une épine en la sauvage rose
Revêts-toi de beaux gestes fins, délicats qui causent !
C’est alors seulement dans un silence sans trêve
Que son écho fera vibrer entre deux lèvres
Un sentiment précieux en attente d’osmose
Unique en ces doux lieux qui tuent la fleur morose!

Quel que soit le sentier il ouvre une fenêtre
Sur l’horizon rampant dehors où l’on voit naître
La splendeur embellie de fards échevelés
Quand le ciel tout entier fléchit pour ciseler.

Vois, belle couche attire invite un farniente
Au ras de la clairière abritée, souriante
Après mes pas feutrés qui ont longé les sentes
Profitons de cette providence consciente

En paix flirt l'absolu, j’entends siffler
Le merle relancer sa gamme au clair reflet.
Ici, tout décor nu baigne dans la lumière
En tapis fleuronné jalonnant la lisière ;
Mais là, c’est son revers, l’attente de l’aumône
Epure les reliefs, fait l’éternel automne!

La panoplie des verts s’étire puissamment !
Quand les cieux descendent miraculeusement
Inondent les rameaux assoiffés de clarté,
Alors que le soleil en pomme d’arrosoir
Distribue ses rayons sur la tête argentée
Epuise ses reflets au fond de l’abreuvoir!

Détendue, allongée sur ma méditation
Je savoure un arôme de pin, sa collation,
Sereines et recueillies frissonnent mes pensées
Un cil en cieux ouvre ma paupière plissée !
S’écarquillent mes yeux, je me lève ondoyante
Sur la vie, l’existence, l’Âme se fait voyante !

Tout en symbolisme discret, bien ébauché
Une main a jeté son velours à nos pieds,
En gestes effacés nous invite à épier
L’énigme du parfait en ces sentes, caché.

Polymnie2, ce 3 février 2018





Ecrit par Polymnie2
Tous droits réservés ©



*
Signaler le poème (Thème inapproprié)

Il y a actuellement 18 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [1]:
Maiko.

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [44]:
Rickways. Polymnie2. Jmd. Lo. Colline. Evemarie. Recreation. Royam. Lasource. Ann. Fregat. Stapula. Cepyge X. Thierrycabot. Salus. Eolia. Claudel. Mijo. Pilar. Carassius Auratus. Aurorefloreale. Leonard. Paule. Arcane. Roland. Yanis abrous. Coeur de poete . Maiko. Typique. Lastours. Zeev stern. F.Lo. Guillaume Rindelaire. Ombrefeuille. Ori. Maie. Prune. Licornou. Charazed. Ohnonpasmoi. Arya. Endy28. Vegna. chemandog.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Joyeuxinconnu. Agape . chemandog. Zoelauren . Stan88. Andalou13. Les yeux fermes. Endy28. Vegna. Niap. QueenRegina7. Dizzy. Md04. Angelina. Drm. Bore. Arya. Thekidof243. Ohnonpasmoi. Jakadi.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924