Page : 1

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Hoho
Membre
Messages : 144


Posté à 23h52 le 09 Jul 20

Les becs de gaz traçaient le contour de mon ombre
Qui serpentait sur l’onde unie de la Tamise.
Les flots se déchiraient par l’effroyable bise
Cette nuit-là en plein dans le smog de Londres

De l’huile forte irisait la rivière azure
Au sol, la suie mêlait son odeur singulière
A la noire poussière étendue au parterre.
La ville vapeur brille à sa grise verdure.

Le Soleil apparaît et darde un rayon lourd
Le cahot de ses coche* emplit l’air de la ville.
La rue aigrement roule un blanc bruissement sourd
La cendres et la craie enveloppe les files.




Ce message a été édité - le 12-07-2020 à 11:32 par Hoho


Pierre
Modérateur
Messages : 6287


Posté à 09h34 le 10 Jul 20

C'est étrange le côté "romantique" qu'on donne au smog qui n'est qu'une pollution...

J'aime particulièrement "le cahot des coches emplit l'air de la ville"

et beaucoup moins "pendant que big ben..."


Hoho
Membre
Messages : 144


Posté à 11h14 le 10 Jul 20

Bonjour Pierre,

Une chose étrange peut-être, mais j'aime beaucoup le paysage londonien XIXe / XXe. L'ère industrielle me fait penser au progrès et bien qu'elle possède de nombreuses tares, je l’apprécie.

En le relevant, tu m'as fait remarquer que le vers que tu as apprécié était bizarre à la césure. Après relecture, je trouve aussi un côté "qui rime pour rimer" au dernier vers. Je vais revoir tout ça.

Merci pour ton retour, passe une agréable journée.


Hoho
Membre
Messages : 144


Posté à 00h39 le 11 Jul 20

Je poste une version 2, n'hésitez pas à me dire celle que vous préférez.

Un soir de demi-lune au milieu de Londres
Feuillolant au hasard par mes jambes menues,
Admirant d’un souris sa lumière et ses cendres
Former une nuée dans la ville ingénue,

Le port s’étendre au loin embrassant la nuit noire
La vapeur et le charbon sommeiller sous les tuiles,
La rapière de la lune inciser le long Soir :
Le noir n’est jamais brun comme il l’est sur la ville.

Voir l’eau de la Tamise opale qui déshuile
La vapeur et la suie agglutinait le fer
Le smog, les gaz étouffants et le peuple servile
Je crois voir l’Elysée, pourtant j’entre en enfer.




Ce message a été édité - le 11-07-2020 à 00:39 par Hoho


Ensuspens
Membre
Messages : 354


Posté à 07h20 le 11 Jul 20

Hoho,
Je te lis et je vois des images de peintures cubiques.


Hoho
Membre
Messages : 144


Posté à 15h49 le 11 Jul 20

Je risque de devenir un mal-aimé, Ensuspens.



Ce message a été édité - le 11-07-2020 à 15:50 par Hoho


Jean-Mi
Membre
Messages : 308


Posté à 19h52 le 11 Jul 20

Salut Hoho,

J’aime bien la première version mais quelques p’tites choses à revoir :
« Cette nuit-là en plein // dans le smog de Londres » : 6/5
« De l’huile forte irisait // la rivière azure » : 6/5
« bre » et « dres » ne riment pas.
Et tu as deux fois « suie ».
« La cendres » avec un S ?

Jean-Mi


Hoho
Membre
Messages : 144


Posté à 21h45 le 11 Jul 20

Bonsoir Jean-Mi,

Pour la métrique, j'ai attribué arbitrairement deux syllabes au terme "smog" parce qu’étant un anglicisme j'ai trouvé la prononciation "smogue" plus "française". J'ai mis une diérèse sur "rivière" je pense que le compte est bon.

Merci pour tes remarques j'en prendrais compte, ma modification du poème était trop superficielle.

Passe une bonne soirée.


Jean-Mi
Membre
Messages : 308


Posté à 21h58 le 11 Jul 20

Hoho,

Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un anglicisme.
En fait il s’agit d’un mot valise anglais :
Le smog, de l'anglais smoke, fumée et fog, brouillard, est un nuage de pollution atmosphérique constitué de particules issues de la combustion (centrale au charbon, gaz d'échappement) et d'ozone troposphérique.


Hoho
Membre
Messages : 144


Posté à 22h15 le 11 Jul 20

Si le terme est un mot valise à l'origine, il ne s'agit plus d'un anglicisme ?

Je pensais que du moment où le mot est emprunté à la langue anglaise, le mot en question est qualifié d'anglicisme. Ce n'est pas le cas ?


Pierre
Modérateur
Messages : 6287


Posté à 16h02 le 16 Jul 20

Les anglais sont tous des cas, même les mots... c'est dire! cool


Jean-Mi
Membre
Messages : 308


Posté à 12h35 le 18 Jul 20

Hoho

Pour « Je pensais que du moment où le mot est emprunté à la langue anglaise, le mot en question est qualifié d'anglicisme. Ce n'est pas le cas ? ».

Je ne suis pas un expert mais je ne pense pas qu’un mot emprunté à la langue anglaise (ou américaine) devienne systématiquement un anglicisme.
Par exemple : sandwich est un mot anglais alors que parking est un anglicisme : on dit Car Park parking permit, parking ticket, parking pass, parking meter, parking spot, etc… en anglais ou, aux États-Unis, parking lot.

A s’y perdre n’est-ce pas ?
Jean-Mi


Hoho
Membre
Messages : 144


Posté à 16h50 le 18 Jul 20

Bonsoir Jean-Mi,

Je saisis à peu près où tu situes la nuance, quoique tu ne te dises pas expert, je conserve cette définition jusqu'à lecture du contraire.
Tout ça pour dire que je voyais mal "smog" en une syllabe. Enfin ce n'est pas de la métrique très précise, passons.

Bonne soirée.

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1