Page : 1

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Lau
Membre
Messages : 464


Posté à 12h09 le 20 Sep 20



Parfois la profondeur est si mince qu’au sable
On voit de la surface onduler ses remous ;
Depuis cette onde étrange, on file vers les flous
Qu’ostensiblement muche un sens, une autre fable :

Ce caravansérail gothique est le retable
Exponentiel et florissant de ces joujoux
Que sont les lemmes et les mots, ces purs bijoux
Dont l’écrin crisse au son de l’équilibre instable.

Au ciel se gausse un nuage, un poupin replet
Gavé de l’eau du fleuve et, du ru, le reflet
De l’arbre dessine une barbe,

On -paréidolie- aimerait cette clé,
Au carré d’une gaufre, on s ‘amuse, engouffré
Dans les divins refrains du barde.


Kerdrel
Membre
Messages : 611


Posté à 18h25 le 20 Sep 20

j'ai trouvé amusant comme perdus ces deux octosyllabes au sein d'un sonnet en alexandrins, toujours des images fortes et des sonorités ,comme "l'écrin crisse" ou gaufre / engouffré des notions très pointues comme "paréidolie" ou plus prosaïques comme "muche" qui semble venir du moyen-français
le tout étant toujours aussi surprenant


Salut


Lau
Membre
Messages : 464


Posté à 19h18 le 20 Sep 20



«Mucher» n’est autre que «musser» qui, dans les zones de langue d’oil s’est ch’timisé pour, au septentrion, finir en «camucher». Le «ch» douillettise un peu l’histoire par sa presque paronymie avec «niche».

Les deux octos freinent la lecture et le phrasé ; le barbe-barde m’est un petit plaisir qui, mentalement, sent son assurancetourixisation.

Je te remercie, Kerdrel, de ton intérêt et de ta lecture.


Ensuspens
Membre
Messages : 468


Posté à 19h43 le 20 Sep 20

Purée, vous m'épatez!
Ton univers mots me parle, il résonne même quand je ne comprends pas certains mots employés. Je m'amuse à te lire une fois, deux fois, trois fois... quelquefois je cherche la définition des mots, je fouille sur le net, j'associe, je dissèque... juste pour cibler le maillage de l'impréhensible qui vrille et tambourine comme un phare en pleine brume ou tempête à mon tout. Je kiffe ça! Mdr Salut


Lau
Membre
Messages : 464


Posté à 20h08 le 20 Sep 20


Ah... Ben, fais-toi plaize ma soeur et n'oublie pas de danser : Corona !



Saintes
Membre
Messages : 1261


Posté à 20h42 le 21 Sep 20

La météorologie de ce poème embrume un peu mon esprit, mais j'y suis revenu plusieurs fois pour le plaisir.


Lau
Membre
Messages : 464


Posté à 19h02 le 25 Sep 20



Les climats ont ceci de fun
Qu'ils collent par leur effet foehn


Pierre
Modérateur
Messages : 6392


Posté à 14h52 le 30 Sep 20

J'ai trébuché sur muche mais les commentaires m'ont éclairé et avec la lumière je n'ai plus chu.
(J'aurais pu ajouter "j'ai un économe" mais je ne le fais pas. cool )

Les deux premiers vers du premier tercet me plaisent particulièrement...


Lau
Membre
Messages : 464


Posté à 14h56 le 02 Oct 20


Les corvées de pas tâtent
Les airs qu'automatisent
Les encor nés qu'épatent
Les sons qu'aromatisent
Les tympans qui s'éclatent.




Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1

Discussion en direct :
Connectez vous pour participer.


Derniers posts :
  • Ensuspens dans Fontaine, fonta[...]
  • Jim dans Alignement[...]
  • Tonindulot dans Pouvons-nous ri[...]
  • Tigrou dans Icône au faste[...]
  • Laugierandre dans Regards...[...]
  • Tango dans La belle voltig[...]
  • Machajol dans Futur[...]
  • Loren dans Et si l'inconsc[...]
  • Kerdrel dans Ultime[...]
  • Clementcheylan dans Et si l'inconsc[...]