Accueil
              
         

La Nature
par Polymnie2


Tu me regardes, je te vois! Je suis une chère larme, Je suis doux fruit portant sa feuille Je suis main tendue supportant la branche Je suis un corps vibrant la joie et sa misère ! Je ne suis que rayon rapportant son vermeil Et mon regard apporte un tout dans un éclair! Vos sens sont ouverture où soie berce l’Autre Dehors parle beau jasmin, il jase par les mains C’est un humain fixant un doux très fin arôme Comme toutes senteurs renaissent pour demain Parfum d’un sentiment ne peut lasser d’aimer ! Que demander de plus ? Ô Nature enrobée ou belle humaine à l’air ! Peux-tu prêter parure en faire ma couverture Sans ombre encor’cachée en ta lumière infuse? Si mon visage draine tes fruits à peine mûrs Traçant des petits rus mi-raisin sur mi-figue, Près de l’âge où la ride effacée orne rives, Et fleuves en scène égouttent en mes yeux mes rivières ! Aimer est mon souffle de vie Gémit le sang des vignes! Ô combien Toi Nature ainsi sur nous déteins Tu t’effeuilles en graine où l’aube perd latin! Une main et son geste un long regard sans fin ! Se multiplie l’Esprit parle en mimes de grâce Dès l’aurore qui n’a plus l’étincelle d’un éclair. Du bout des doigts je touche et parcours tes viscères Ma main hèle ta chair de mes bras je t’étreins Mes pas empreints de tes empreintes! Et quand mes yeux s’embrument Qu’ils regardent la lune, Dans son regard en fleurs S’unissent deux parfums L’œillet et le souci ! L’effort sur soie La Divine Devine ! Dehors Eclaire Le Soir Pour Claire Nuit Deux yeux deux mains! Polymnie 2, ce 28 Novembre 2015 œillet = fleur qui unit Soucis = sens propre des problèmes.



Poème posté le 11/12/15


 Poète
Polymnie2



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.