Accueil
              
         

Crématorium
par Claudel


Vois cette cheminée diabolique Crachant une fumée noire et cosmique. La pluie étrange en crémation, venue Du ciel des anges, empourpre la nue... Tant et si bien qu’éclate au paradis La foudre écarlate, je la maudis ! Là, un crapaud noirci fume et explose, Ma peau blanchâtre sent la fumée rose... Puis mon corps gris cendré sent le remords Au son des grands cors où soufflent les morts. Ah ! Je maudis les hommes et les femmes Qui me somment d’aller haut dans ces flammes.








Tous droits réservés © Claude Lachapelle / juin 2020


Poème posté le 17/06/20 par Claudel


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.