Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / MORALE / Le caïd du quartier

Thème du mois / Tous les thèmes / MORALE / Le caïd du quartier

Thème du mois / Tous les thèmes / MORALE / Le caïd du quartier

Le caïd du quartier
par Johnyvel


Le caïd du quartier rentre chez lui Il entend sa mère qui pleure En lisant des poèmes Il écoute sa sœur Ses je t'aime Il pense qu'elles sont faibles et bêtes Il pense qu'elles sont bien trop sensibles Il pense que dans ses yeux vit le vrai monde Il pense qu'il se moque de ces idiotes immondes Il se moque Et s'en va La sœur du caïd vexée d'être moquée s'en va aussi Au carrefour du marché l'aborde un beau garçon Il l'arrête dans son trouble et lui lis un poème Inventé "à la courbe de ta nuque blonde" Elle écoute en buvant des nuages Elle écoute se disant qu'elle est brune Elle pense qu'il est naïf et beau ce garçon Elle pense que son dessin n'est qu'enfantillage Elle pense qu'il est perdu et lui donne un bonbon Elle se moque Et s'en va Le garçon balancé ramasse son poème Le papier est froissé et s'efface un "je t'aime" Ecrit pour une femme ou une autre comme elle Ecrit pour qu'on lui dise qu'ils sont beaux ses poèmes... Il pense qu'elle est idiote et qu'elle passe à côté Il pense qu'il vaut de l'or et qu'il est sous-coté Il pense qu'il peut imaginer sans ressentir Il pense qu'il peut superposer les vies Il recommence encore et encore Il remplit son sac à bonbons Il dit qu'il s'en moque Et s'en va Ils ne voient tous que ce qu'ils voient Ils se moquent de ce qu'ils ne voient pas Ils se moquent toujours jusqu'à en souffrir Et souffrent dans des larmes qui transpercent Les draps noirs et aveugles de leurs ignorances Ils pleurent et cherchent dans les paysages voisins Des images qui brillent et des poèmes qui soulèvent Ils mémorisent les jardins, les couleurs et les fleurs Ils les peignent sur leurs murs salis par les douleurs Alors, Ils croient qu'ils aiment Et dans leurs yeux se dessine La croyance d'être aimés aussi Ils pensent voir ce qu'ils ne voyaient pas Ils voient un couloir infini qui les attire Il se jettent dedans Ils se brisent dans le miroir... Le caïd du quartier rentre chez lui Il entend sa mère qui pleure En lisant des poèmes Il écoute sa sœur Ses je t'aime Il pense qu'elles sont faibles et bêtes Il pense qu'elle sont bien trop sensibles Il pense que dans ses yeux vit le vrai monde Il pense qu'il se moque de ces idiotes immondes Contrairement à elles Contrairement à eux Il pense et ne regarde que par ses yeux Les murs de ses douleurs sont maquillés D'infinies couches superposées Et pourtant, Il ne vole pas les fleurs des autres Ni les couleurs, ni les paysages Non, Il préfère s'en moquer Et s'en aller.



Poème posté le 25/04/14


 Poète
Johnyvel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.