Accueil
Poésie libre / La cité couleur cerise
Poésie libre / La cité couleur cerise
Poésie libre / La cité couleur cerise

La cité couleur cerise
par Fregat


Sur pilotis j’avais dressé Une cité couleur cerise, Vibrante d’ambre et de beauté, Dont j’étais roi comme à Venise. Rien n’était assez délicat Assez radieux, assez illustre, Pour rehausser d’or l’apparat De ses palais, joyaux lacustres. Mais l’eau coulait sous ses vieux ponts Les sapant comme molle argile, Et j’étais fou de déraison Jugeant ses pierres immobiles. De mes fenêtres j’ai vu choir Un soir d’avril dans la mer pâle Ce Pays sans jamais revoir Son fard aux courbes idéales. Mes lourds poèmes sur les flots Ne savent plus de sa splendeur Coulant sans brio ni écho, Vers le trouble des profondeurs. Ce monde désormais est d’eau, De courants vifs et intrépides, Il n’y tient plus que de vains mots Au vent falot, de l’air, du vide.



Poème posté le 31/10/18 par Fregat


 Poète
Fregat



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.