Accueil Forum Inscription/connexion
Poésie libre / Le dit du Juste Job
Poésie libre / Le dit du Juste Job
Poésie libre / Le dit du Juste Job

Le dit du Juste Job
par Ombrefeuille
Highslide JS
par Matriochka

Job raillé par sa femme par Georges DE LA TOUR
Illustration proposée par Matriochka


Nu je fus enfanté, nu on m'enterrera, Car l'homme qui est né d'un souffle de lumière S'en ira reposer au fond de la poussière, Et sur lui l'infini du temps retombera. L'Eternel a donné, l'Eternel a repris, Et je me garderai du venin du murmure Qui ferait de ma bouche une caverne impure Et de mes pensées l'antre d'infernaux esprits. Ainsi parlait le juste Job en son malheur, Lui que le Ciel couvrait naguère de richesses, Lui que la terre avait comblé de ses largesses, Lui dont le nom brillait jadis avec splendeur. Ses récoltes pillées, ses troupeaux massacrés, Ses filles et ses fils tués dans la tempête, Même la maladie, des pieds jusqu'à la tête, Rien ne fut épargné à ses jours fatigués. Rien ne fit vaciller la flamme de son coeur, Ni les mots des bavards, ni l'ardeur de sa femme A instiller le doute au tréfonds de son âme, Et Dieu le releva du fond de sa douleur. L'Eternel avait pris, l'Eternel a donné, Ainsi parlait le juste Job en sa vieillesse, Car l'homme qui gisait dans la poussière épaisse Ira dans la lumière infinie reposer.



Poème posté le 03/02/19 par Ombrefeuille


 Poète
Ombrefeuille



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.