Accueil

Solitude
par Claudel


Les va-et-vient dans sa maison Écoulent le temps du naufrage Et ce temps lui gruge son âge, Son cœur, son âme et sa raison. Souvent, debout, fixant le mur, Elle entend son défunt mari Lui faire une galanterie Tel un amant, tel un murmure. Il pleut, il pleut, elle sommeille; Il neige, il neige, elle s'éveille. Assise près de la fenêtre... Son regard franc et assumé Surveille au loin, de tout son être, Le retour de son bien-aimé.

Claude Lachapelle / août 2016

Poème posté le 21/08/16


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.