Accueil

Erosion
par Salus


(Discordance des temps) Frondescente la forêt Jusqu’au sable déflorait Le blanc de l’espace vierge Dont chaque arbre est une verge Loin de leur ombre à la mer L’air bleu bout dans cet éther Frôlant l’ocre et de la plage Déroulait le long mirage Où l’eau verte se vautrant Moussait tel récalcitrant Encagé l’immense monstre Bave aux lèvres son désastre De salive et de rouleaux Sanglots sel et trémolos Explosant qui veut dissoudre Mieux qu’aux forces de la foudre Cette orée où de céans La fin de ces océans Ménestrels d’une unique ode Venus d’un vague antipode Et le sang chant lacrymal Au soleil du littoral Montaient dans le matin rouge La marée en rage y bouge…



Poème posté le 24/05/20 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.