Accueil

Le luthier
par Claudel


(Métrique : 11 syllabes) J'entends au loin le glas de notre passé, Me rappelant gaiment la main musicienne Qui jouait ce concerto immaculé. Je revois sans cesse la femme cayenne Me souriant d'une jovialité Moqueuse comme une effigie mozartienne. Faisant vibrer votre corde diaphane, Mon cœur de luthier sanglotait en silence À écouter d'amour votre âme profane. C'est pour vous que je construis par votre absence Ce violon d'or évoquant la Diane Qui m'a aimé et sorti de l’innocence. Ce poème est dans un recueil; pour voir les détails, allez sur ce lien : www.edilivre.com/catalog/product/view/id/861497/s/romances-sans-notes-27b41710c1/category/1566/#.WcLlsIWcHIU Tous droits réservés © Claude Lachapelle / 2017



Poème posté le 04/09/16


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.