Accueil
Poésie libre / Nature
              
Poésie libre / Nature
         
Poésie libre / Nature

Nature
par Salus


Ce temple simple comme l’eau, C’est le saint os d’une idée ample ; Chaos ! Ton naos est l’exemple Vivant d’un dieu sans nul fléau ! Ainsi, survivre est son seul ordre ; Aucun coût à désobéir ! Si l’on en vient à le haïr, Pas de foudre, et rien pour vous mordre ! Il est plus vaste, infiniment, O pathétiques célicoles, Que vous, minuscules lucioles, Fluets falots du firmament ! Comme il n’est bon ni plus qu’injuste, On n’en peut goutte incriminer ! A peine, on pourrait dessiner Comme une tension vague et fruste : Exister, en forme d’effort, Perdurer, pour peupler le vide ; La Matière ! Au Béant livide ! Vie, enfin, dans l’univers mort ! Toute entité te crée, absence ! Et toute ombre entend que des feux Brûlent ! Miroir, peux-tu sans yeux Voir réfléchir ce qu’on te lance ? De tant de creux dans le Grand Rien Glissant, il sourd d’étranges larmes, Mais ce néant que tu désarmes C’est ton protecteur tellurien ! Or tes feux infinis d’errance, Yeux ouverts aux noirs absolus, En minuscule, on les a lus, En ce monde infime, où l’on pense !



Poème posté le 19/02/21 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.