Accueil

Tristesse
par Machajol


Paysage gris au ciel moutonneux Le roulis des eaux gronde, malheureux Le sable ocre vole dans cette brume Un cri de mouette se perd dans les dunes Ce matin, personne sur le ponton Le vent froid de l'hiver souffle en rafales L'île est isolée, mortelle saison Même le café a fermé, fatal Plus de cri d'enfants, l'école est muette Le silence blanc envahit Huette Le soir tombe tôt et la nuit arrive Sans bruit, dans la pluie chétive dérive Un volet grince au loin, dans le village Rythmant les heures d'une nuit sauvage L'horizon bouché, la mer déchainée Les matins sans fins s'étirent malsains Le gris est partout, bruine et vent marin Trottoirs balayés, place désertée La corne de brume, un bateau en mer Hurle et déchire le silence amer Aucun signe d'une mince éclaircie Tristesse et mélancolie sont unies Sans fin sans répit, la monotonie Ce site anthracite a tout envahi



Poème posté le 01/08/20 par Machajol


 Poète
Machajol



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.