Accueil
              
         

Sonnet pompier
par Salus


Majestueux d'un poitrail indolent Le décalage insolent des licornes, En gestes automatiquement mornes Envahit son corps fauve, souple et lent. Puis, mollement dressé sur son séant, Dans cette conque inventée où tu cornes, Il souffle, esprit, tes images énormes : Affalé, centaure échu du néant, Son barrissement modulé stridule Dans le ciel tendu de soie et de tulle. Un zéphyr tiède à l'image est figé Par le son pur et rien d'autre n'existe. L'ongle des Dieux à la terre est fiché, Tout est magiquement flou, noble et triste



Poème posté le 05/07/21 par Salus


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.