Accueil
Poésie libre / Canon
Poésie libre / Canon
Poésie libre / Canon

Canon
par Pampelune


Je suis au bar de la roue. Les poètes monstres sacrés nettoient les bocks. Lombrics, vous êtes les pailles du gin. La picole n’est plus un cocktail, c’est déjà de l’Oubli. La main à l’épure polychrome ; jaune, bleu, noir, blanc, est là, seule Vibrante et nous sommes ivres morts, de rage. Le reste est sacrifié sur le comptoir, aumône insultante. Arrogance. Je n’me formalise pas. Mêm’ si cela avait été le cas, les lèvres de la femm' barman ici sont cousus à l’embauche, Et c’est magnifiqu’ ces fils croisés, comme une homélie. (Goutte à goutte…). L’intervalle entre eux est aussi régulier que les mots qui auraient dus sortir. Ce sont des pennes non utilisées. Elle ne dit jamais rien. Pensée : (Les blattes sont-elles athées ?). La gouttelette qui emplira la chope œcuménique choira du sexe féminin : il a encor’ un’ bouch’.



Poème posté le 03/07/16


 Poète
Pampelune



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.